Cyberdéfense : l'ANSSI pourra agir sur les opérateurs privés

15 février 2011 à 13h40
0
Suite logique du livre blanc sur la sécurité, l'ANSSI (Agence nationale de sécurité des systèmes d'information) dévoile les points clés de la doctrine française en matière de cyberdéfense. L'agence aura les pleins pouvoirs et pourra, à terme, ordonner aux opérateurs privés de prendre des mesures en cas de cyber-attaque.

00FA000002296868-photo-anssi-logo.jpg
La stratégie française se base sur 4 points traditionnels à savoir la capacité de garantir l'indépendance souveraine du pays dans son choix de décision, la protection des infrastructures de type SCADA, la puissance de défense, la protection du citoyen dans le cyberespace.

Ces axes seront surveillés par l'ANSSI qui bénéficie de nouveaux pouvoirs. Un décret du premier ministre datant du 11 février et publié au J.O le 15 donne pleine compétence à l'agence pour : « répondre aux crises affectant ou menaçant la sécurité des systèmes d'information des autorités publiques et des opérateurs d'importance vitale ». En outre, elle détient désormais le pouvoir de coordonner les actions gouvernementales.

Un pouvoir important en temps de crise (cyber-attaque déclarée ou intrusion dans des infrastructures critiques) qui sera encore renforcé par la publication d'une ordonnance. Par ce procédé, décrié le pouvoir exécutif utilises des compétences attribuées au législateur, l'ANSSI pourra agir auprès des opérateurs privés.

Patrick Pailloux, directeur général de l'ANSSI dévoile les contours de ces prérogatives : « on parle ici d'affaires lourdes. Il sera possible de demander à un opérateur de bloquer le trafic ou d'interdire le trafic en provenance d'un endroit en particulier. De même, isoler des postes ou mener des politiques d'interdiction de clés USB sont des possibilités ».

Un « pouvoir de contrainte qui est nouveau » renchérit Francis Delon, secrétaire général de la Défense et de la Sécurité nationale. « On peut espérer que cette ordonnance, qui doit être énoncée par le Premier ministre, sera dévoilée d'ici l'été ». Le Parlement devra alors simplement ratifier le texte.

Quant aux limites de ce pouvoir, l'ANSSI reste ferme. Il ne pourra être utilisé qu'en cas « d'affaires lourdes » comme une cyber-attaque semblable à celle qu'à connue l'Estonie en 2007. Il ne saurait donc être question de faire une éventuelle pression sur des opérateurs privés qui hébergeraient des sites gênants. Comme c'est le cas d'OVH avec Wikileaks...
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

La centrale nucléaire de Fessenheim va être arrêtée ce samedi en vue de son démantèlement
L'éolien a, en 2019, fourni 15% de l'électricité consommée en Europe
Le Cybertruck aurait passé le cap des 500 000 précommandes
Uber ferme son bureau de Los Angeles, écarte des dizaines de salariés et délocalise aux Philippines
La Renault ZOE est une des voitures électriques les plus vendues au monde
La France et l'Allemagne s'associent pour travailler sur le successeur du Rafale et de l'Eurofighter
5G : Martin Bouygues n'exclut pas d'attaquer l'État en justice s'il ne peut pas travailler avec Huawei
Windows 10 : de nouvelle icônes plus colorées font leur apparition
L'Espagnol Renfe va bâtir le réseau TGV des États-Unis pour 6 milliards de dollars !
Galaxy Z Flip : notre prise en main vidéo du nouveau smartphone à écran pliable de Samsung

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top