Vote par Internet des Français de l'étranger : des soupçons sur la transparence

23 mai 2012 à 18h12
0
Pour la première fois, les Français résidant à l'étranger peuvent voter pour leurs députés depuis un site prévu à cet effet. Toutefois, selon certains spécialistes, le dispositif serait opaque alors que le code électoral ne prévoit la nomination que d'un seul expert chargé pour attester de la bonne tenue de ce scrutin.

00DC000004937810-photo-visuel-lections.jpg
Les électeurs établis hors de France sont amenés à voter sur Internet pour les élections législatives. Dès aujourd'hui, ils peuvent se rendre sur un site prévu à cet effet afin d'élire l'un des 11 députés qui représentera les Français de l'étranger. Cette initiative est une première pour le million de ressortissants appelés à se rendre aux urnes numériques.

Le système se présente sous la forme d'un site sur lequel chaque électeur inscrit auprès de son ambassade de référence doit se rendre depuis son propre ordinateur. Grâce à une application Java lancée de manière automatique, il va ensuite faire figurer son identifiant ainsi qu'un mot de passe. Il peut alors effectuer son vote puis le confirmer. Par la suite, un reçu lui sera envoyé sur sa boite e-mail. Quant au bulletin de vote électronique, il est protégé par une signature électronique dont seules les autorités françaises disposent de clés pour le déchiffrer.

Pourtant, certains spécialistes en sécurité doutent de la sécurisation du dispositif de vote. Ils reprochent au dispositif actuel (baptisé Pnyx) de ne pas être suffisamment transparent. Dans une note postée sur son blog, le hacker Hardkor dénonce : « l'opacité du système, qui empêche le citoyen de vérifier avec un degré de certitude élevé qu'il n'y a pas eu de fraude est le premier et le plus évident des problèmes posés par ce système ».

A ce titre, il émet l'hypothèse que le poste d'un électeur soit infecté par un outil malveillant capable de modifier le vote ou de mettre à bas la confidentialité du scrutin. Il reproche ainsi qu'aucune preuve du comptage des voix n'existe (à la différence des dépouillements physiques surveillés par plusieurs personnes).

0190000005184580-photo-elections-l-gislatives-internet.jpg


Le spécialiste regrette également que le fonctionnement technique ne puisse être compris que par une faible partie de la population. A ce titre, le code électoral précise qu'une expertise indépendante veillant au respect du secret du vote doit être « conduite par un informaticien spécialisé dans la sécurité, n'ayant pas d'intérêt financier dans la société qui a créé le dispositif de vote à expertiser, possédant une expérience dans l'analyse des systèmes de vote et ayant participé à l'atelier organisé par la Cnil dédié aux experts de vote électronique ».

Malgré ces précautions, on note qu'un seul expert est donc nommé pour attester du bon fonctionnement du vote d'un million de citoyens. Ce dernier doit remettre un rapport d'expertise final qui sera remis aux responsables du traitement automatisé. Ces derniers disposeront de plusieurs jours pour valider ou non le scrutin car si le vote par Internet est programmé entre le 23 et le 29 mai pour le premier tour et entre le 6 et le 12 juin, le vote « physique » n'est, quant à lui, prévu que pour les 10 et 17 juin.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Porn : Macron veut
Émissions de CO2 : Bruno Le Maire milite pour le déplafonnement du malus automobile
Le minage de cryptomonnaies participe au réchauffement climatique
La loi d'orientation des mobilités (LOM) a été adoptée par le Parlement
Bill Gates est de nouveau l'homme le plus riche au monde devant Jeff Bezos
Mustang Mach-E : Ford lâche la cavalerie électrique… et ça va faire mal
Xavier Niel se dit prêt à investir 1,4 milliard de sa fortune personnelle dans Iliad-Free
Votre maison côtière sera-t-elle sous l’eau chaque année en 2050/2100 ?
Pourquoi Stadia ne sera pas intéressant avant un an
Berline électrique BMW i4 : puissance, autonomie et performances révélées

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top