Airbnb : une fusillade fait cinq morts à Halloween, le service interdit les locations festives

04 novembre 2019 à 18h11
0
Bandeau Police
Shutterstock.com

Le P.-D.G. d'Airbnb a annoncé que l'entreprise allait désormais bannir les party houses, ces maisons louées uniquement dans le but d'organiser de grandes fêtes. Cette décision intervient quelques jours après une tragédie survenue en Californie, qui a fait cinq victimes.

Quand la fête d'Halloween tourne véritablement au cauchemar. C'est ce qui s'est produit dans la ville d'Orinda, en Californie (États-Unis), au sein d'une maison louée sur Airbnb. Et la société entend prendre des mesures pour éviter qu'un tel drame ne se reproduise.

De jeunes victimes

Tout a donc commencé avec une location Airbnb. Le propriétaire de la maison a été contacté par une femme souhaitant y organiser une « réunion de famille », regroupant 12 personnes. En réalité, plus de 100 personnes s'y sont retrouvées jeudi dernier pour faire la fête à l'occasion d'Halloween, l'événement ayant même fait l'objet d'une promotion sur Instagram.

Mais rapidement, les voisins se sont plaints du bruit et ont contacté le propriétaire de la maison. Ce dernier a alors pu constater, via ses caméras de surveillance, que le nombre de convives dépassait largement la douzaine. Il a donc appelé la police, mais avant même l'arrivée des forces de l'ordre, une fusillade a éclaté.


Pour quelle raison ? Pour l'heure, les autorités n'ont pas fourni d'explication. Quoi qu'il en soit, la tragédie a entraîné la mort de cinq personnes, âgées de 19 à 29 ans, et au moins quatre autres ont été blessées.

Le problème vient-il des party houses ?

En réaction, Brian Chesky, P.-D.G. d'Airbnb, s'est déclaré choqué : « Ce qui s'est passé jeudi soir à Orinda est horrible ». Dans une série de tweets, il a expliqué que l'entreprise allait à présent interdire les party houses, les maisons louées pour faire la fête, à l'instar du lieu de la fusillade. Il a ensuite détaillé les nouvelles mesures de sécurité, visant en particulier à « lutter contre les fêtes non autorisées ».



Pour résumer : aux États-Unis, cinq personnes ont succombé à leurs blessures, causées par des armes à feu, pendant une house party. Seule réponse envisagée pour l'instant : interdire ce type de fête... S'agit-il de la meilleure façon de s'attaquer au cœur du problème ? De son côté, Gavin Newsom, gouverneur de Californie, a déploré que la société américaine soit devenue « insensible » à ce genre d'événements, et a appelé à réformer les lois sur les armes à feu.

Source : TechCrunch
Modifié le 04/11/2019 à 18h52
2
3
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Covid-19 : Twitter connaît une hausse de 900% des discours racistes contre la Chine
Une association pointe du doigt Amazon, qui livre toujours des produits hors hygiène et alimentaire
Clubic, fête ses deux ans d'indépendance, plein d'optimisme
La nouvelle attestation de déplacement sur smartphone sera disponible le 6 avril
Office 365 devient Microsoft 365 et fait le plein de nouveautés
Apple rachète une application météo... et la ferme sur Android
Square-Enix avance (officieusement) la date de sortie de Final Fantasy VII Remake !
Renault prête 1 300 véhicules au personnel soignant, dont 300 ZOE électriques
Le coronavirus ne booste pas le e-commerce, bien au contraire, selon la FEVAD
Xiaomi présente le 70mai A1, un nouveau scooter électrique à petit prix
scroll top