Brevets : Nokia réfléchit à de nouveaux mobiles à clavier

Alexandre Habian
22 novembre 2007 à 16h57
0
Le numéro un mondial des mobiles se doit d'innover pour converser sa place dans le classement devenu de plus en plus concurrentiel de la téléphonie mobile. Et en attendant la sortie des premiers mobiles à écran tactile de la marque, Nokia a déposé aux Etats-Unis un brevet le 3 mai 2006 au sujet d'un prototype de mobile à clavier assez intéressant.

En effet, s'inspirant assez fortement des mobiles américains Sidekick (de Danger) proposés auprès de l'opérateur T-Mobile, le brevet en question laisse apparaître un mobile avec un écran pivotable renfermant un clavier qwerty complet. Une fois l'écran positionné en mode portrait, le mobile adopte une forme tout à fait classique alors qu'une fois positionné en mode paysage, c'est le clavier qui devient utilisable.

C'est donc décidément la mode de ce type de facteur de forme, la marque i-mate, avec son Ultimate 9502, ayant adopté également une fonction similaire pour son dernier PDAPhone. Toujours est-il que le brevet déposé par Nokia ne permet pas encore de savoir si un projet - bien réel cette fois - de mobile l'exploitant va voir le jour ou si il ne s'agit que d'essais pour tester la viabilité d'une telle offre.

015E000000675842-photo-brevet-clavier-nokia.jpg
Modifié le 20/09/2018 à 15h53
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Emmanuel Macron se moque des opposants au déploiement de la 5G
L'attaque d'un hôpital par ransomware pourrait tourner en homicide après la mort d'une patiente allemande
L'UE envisage de renforcer les limites d'émission de CO2 pour le secteur automobile
Clubic évolue (en douceur)
5G : plusieurs dizaines d'élus de gauche veulent repousser le lancement de la technologie
Le data center sous-marin de Microsoft refait surface après deux ans d'immersion
AMD dévoile le design de sa Radeon RX 6000 sur Twitter
Allongé et endormi
Après Bouygues, au tour de RED by SFR d'augmenter des forfaits sans possibilité de refus
Les satellites SpaceX, même peints, gâchent les nuits des astronomes
scroll top