Pas assez de votant pour recommander Microsoft OOXML

Par ,
le lundi 13 août 2007
0000008c00457297-photo-ic-nes-microsoft-office-2007.jpg
Alors que Microsoft enregistrait récemment le soutien de l'état du Massachusetts à son format OpenXML (voir Le Massachusetts apporte son soutien à l'OpenXML), le géant des logiciels essuyait en fin de semaine dernière un revers dans sa quête à la standardisation de ce format de documents qu'il présente comme ouvert. Le vote organisé entre les membres du comité technique de l'International Committe for Information Technology Standards s'est en effet conclu par l'abstention d'un de ses membres, l'IEEE, forçant le comité à ne pas recommander le format Office OpenXML à l'ISO ou International Standards Organization. Le vote s'est soldé par huit voix en faveur de la recommandation, sept contre et une abstention.

Le fait que l'IEEE s'abstienne de prendre position constitue un sérieux revers pour Microsoft, puisque selon les règles de l'INCITS, en cas d'abstention d'un des membres, il faut une majorité des deux tiers des votants pour que la mesure passe. En clair, un vote négatif de l'IEEE aurait été bien moins lourd de conséquences. Selon les sources de nos confrères de Betanews, parmi les votants s'étant prononcés en faveur de la recommandation positive de l'Office OpenXML à l'ISO on trouve des noms comme 2, Hewlett-Packard, Intel, Sony et Microsoft notamment. Les avis négatifs sont l'oeuvre de Lexmark, 17 ou encore Oracle.

Attention, les votes négatifs ne dénotent pas nécessairement une opposition à la standardisation de l'Office OpenXML puisque les membres de l'INCITS vont maintenant devoir se prononcer sur une recommandation de l'Office OpenXML à l'ISO avec commentaires. Parmi les détracteurs les plus virulents on retrouve IBM qui a publié un communiqué indiquant ses craintes envers un agissement de Microsoft qui violerait les règles de l'ISO en soumettant un format pour standardisation alors que celui-ci se base en partie, ou en grande partie, sur des brevets et technologies propriétaires exclusivement détenues par Microsoft. Affaire à suivre, donc !
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
scroll top