Vista et le piratage : une tâche ardue ?

Par Julien Jay
le 02 avril 2007 à 12h13
0
Avec Windows XP, c'était donc en 2001, Microsoft inaugurait pour la première fois un système d'activation visant à réduire le piratage. Le concept est simple : le système d'exploitation doit être activé au bout d'un certain délai pour continuer de fonctionner alors que l'activation se base sur le numéro de série et la configuration matérielle pour attribuer un identifiant unique à chaque ordinateur. Simple, mais pas incontournable puisque Windows XP a été très largement piraté et ce dès ses premiers pas, Microsoft ayant eu la (mauvaise ?) idée de proposer aux clients grand compte une version dépourvue d'activation, une erreur qui n'a pas été renouvellée avec Vista.

Le nouveau système d'exploitation de Microsoft, Windows Vista, est l'occasion pour le géant de Redmond de repartir sur de nouvelles bases. Contrairement à Windows XP, Windows Vista a dès le début été pensé pour rendre la tâche difficile aux pirates. Cela commence par l'emballage même du produit, une boîte en plastique avec un angle arrondi et une ouverture sur la tranche, nettement plus difficile à contrefaire qu'une boîte en carton. Ce n'est bien sûr pas la seule protection et si une build de Windows Vista défaisait l'activation (la fameuse Frankenbuild), Microsoft s'appuie sur d'autres technologies incluses dans Vista pour rendre ses versions modifiées caduques. Et Microsoft est dorénavant capable de mettre à jour son système de protection à distance.

La clé de voute étant la validation Windows Genuine Advantage qui se superpose à l'activation et procède à des vérifications sur la légitimité de la licence Windows pour autoriser l'utilisateur à télécharger certaines mises à jour ou programmes gratuits. Mis en place courant 2004 sur Windows XP, le programme WGA se répand peu à peu sur les gammes Microsoft. Mais avec Vista, Microsoft va plus loin puisque certaines fonctions comme l'interface graphique Aero nécessite une validation Windows Genuine pour fonctionner. Et si la validation échoue, les machines entrent en mode de fonctionnalité réduit avec la possibilité de surfer sur le net pendant une heure.

Les règles en matière de licence en volume ont également été modifiées avec l'utilisation d'une seule clé pour un nombre illimitée de machines. L'activation en volume se fait soit via un PC agissant comme un serveur d'activation au sein de l'entreprise soit via une clé qui supporte un nombre prédéfinit d'activations. Naturellement il est encore assez tôt pour dire si oui ou non les efforts de Microsoft portent leurs fruits. Cependant, la directrice du programme Genuine Software indique que les revendeurs sont soucieux d'offrir des produits passant la validation Genuine.

00309146-photo-windows-wga.jpg
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Sono Sion, la voiture électrique rechargeable à l'énergie solaire, sera construite dans des usines suédoises
L'app e-santé Google Fit est disponible sur iOS
Airbnb veut produire des émissions pour inviter les voyageurs... au voyage
Démonté sur YouTube, le Huawei P30 montre son zoom périscopique
5G : Theresa May ignore les États-Unis et autorise Huawei (partiellement)
Tesla accuse une perte nette de 700 millions dans ses résultats financiers du 1er trimestre
Honor perd un prototype dans un train en Allemagne et offre 5000 € pour son retour
Comparatif 2019 : quel est le meilleur vidéoprojecteur ?
🎯 French Days 2019 : plus que quelques heures avant le Black Friday à la française !
Apex Legends : EA cesse de payer les streamers, les diffusions baissent de 75% sur Twitch
 Ford investit 500 millions dans Rivian : un nouveau véhicule électrique en approche
Peu avant sa sortie, Days Gone annonce déjà son premier DLC (mais il est gratuit)
Microsoft publie d'excellents résultats trimestriels, encore une fois portés par le cloud
Le design des Google Pixel 3a a fuité et surprise... vous n’allez pas être surpris !
Apple : les claviers de MacBook désormais réparés en une journée ouvrée ?
scroll top