Quelques usages inédits du GPS

Par
Le 21 décembre 2006
 0
Partir randonner sans s'embarrasser d'un téléphone ou des précautions d'usage, comme celle qui consiste à indiquer son itinéraire et sa progression, quel plaisir pour tous les vrais solitaires ! Ceci devrait en effet être rendu possible grâce à l'invention de la société C.A.T.S.eye , qui mis au point des vêtements équipés d'un dispositif GPS destiné à permettre de localiser la personne qui les porte en temps réel depuis le Web. C.A.T.S.eye devrait dévoiler une ligne complète de vêtements et d'accessoires, par ailleurs imperméables et lavables, à l'occasion du CES qui débute en janvier prochain. Faut-il voir dans ce dispositif un moyen moderne et efficace de réunir sécurité et liberté, et d'être ainsi fidèles à la pensée de Jean-Jacques Rousseau disant que « La vraie liberté, c'est le vagabondage » ?

00427632-photo-v-tement-gps.jpg
Bientôt des vêtements permettant de vagabonder en toute liberté ?


Autres lieux, autres idées. De leur côté, des Turinois aveugles se sont dotés d'un dispositif GPS destiné à les aider à se diriger autour de la ville. Les utilisateurs peuvent, grâce de ce dispositif, être facilement localisés par le personnel d'un centre d'appel auquel il est relié. Chacun dispose en complément d'un téléphone portable muni de deux commandes, permettant l'une de demander une assistance pour se rendre à un point donné, l'autre de prévenir en cas d'agression ou d'urgence.

L'expérience, appelée « Easy Walk », a débuté la semaine dernière dans cette cité du Nord de l'Italie. Elle devrait concerner une trentaine de personnes courant janvier puis être étendue dans les mois qui suivent à toute la région du Piémond, et toucher alors environ 3 000 personnes aveugles. Le dispositif, actif 24 heures sur 24, a dores et déjà fait l'objet d'améliorations de façon à rendre la localisation plus précise. Lorsqu'elles appellent, les personnes sont à présent mieux guidées et suivies dans leur déplacement au fur et à mesure que sont données les instructions. Le coût du projet est entièrement pris en charge par le gouvernement de la région. D'après Mercedes Bresso qui est à l'origine de l'idée, ce dispositif n'est que les prémisses « d'un projet plus large destiné mettre les nouvelles technologies au service des individus », en améliorant comme ici l'autonomie des personnes.
Modifié le 18/09/2018 à 15h07

Les dernières actualités

scroll top