Zango le spécialiste du adware condamné

Par
Le 07 novembre 2006
 0
{PUB|
00fa000000122889-photo-machine-infect-e-par-les-spyware-popup.jpg
}Après avoir défrayé la chronique plusieurs fois notamment face à ZoneAlarm (voir la brève La plainte du spyware contre ZoneAlarm abandonnée), Zango qui se veut être un spécialiste des adwares a été condamné dernièrement par la justice américaine. Pour rappel, les adwares sont des petits logiciels qui une fois installés sur votre machine, se chargent de repérer vos habitudes de surf pour vous proposer des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt.

La FTC (Federal Trade Commission) a ainsi infligé à Zango une amende de 3 millions de dollars pour : « proposition de téléchargement/installation de adwares injuste et trompeuse ». D'après la FTC, Zango est ainsi pointé du doigt pour avoir automatisé l'installation de ses adwares sans le consentement des utilisateurs.

En plus des 3 millions de dollars d'amende, Zango sera dans l'obligation de publier un logiciel permettant de désinstaller ses logiciels souvent considérés comme une pollution numérique supplémentaire. « Les ordinateurs des utilisateurs n'appartiennent pas à Zango et les internautes n'ont pas à accepter du contenu qu'ils ne veulent pas [...] Si des consommateurs souhaitent recevoir des publicités sous forme de pop-up, c'est leur droit. Mais Zango viole les lois fédérales en installant secrètement des logiciels publicitaires et en forçant les utilisateurs à visionner des pop-up qui peuvent perturber l'utilisation de leurs machines », précise la FTC.

Autrefois connu sous le nom de « 180solutions », Zango dispose d'un vaste portefeuille de adware parmi lesquels on peut citer « Zango Search Assitant », « 180Sarch Assistant », « Seekmo » et « n-CASE ». Selon certaines données, ces adwares auraient été installés 70 millions de fois et auraient affiché plus de 6,9 milliards de publicités dans des pop-up.

Zango n'a jamais précisé quelles applications étaient accompagnées de ses adwares. On sait toutefois que certains de ces adwares profitent de failles de sécurité dans les navigateurs Web pour s'installer sans l'autorisation de l'utilisateur. Pour se débarrasser de ce genre de pollution numérique, il est fortement conseillé d'installer un « antispyware » comme Ad-Aware Antivirus Free ou Spybot Search and Destroy. Plus de détails sur ce sujet dans le dossier Spyware : les éviter, s'en débarrasser.
Modifié le 18/09/2018 à 15h07

Les dernières actualités

scroll top