Avec 86 M€ investis, le capital risque français redémarre

Par Jérôme Bouteiller
le 06 octobre 2004 à 00h00
0

Selon une étude du Benchmark Group, le capital risque français a bondi de plus de 203% au troisième trimestre 2004 avec plus de 86 millions d'euros investis

Selon une étude du Benchmark Group, le capital risque français a bondi de plus de 203% au troisième trimestre 2004 avec plus de 86 millions d'euros investis

La crise des dotcoms est terminée. Selon une étude du Benchmark Group, le capital risque français a bondi de plus de 203% au troisième trimestre 2004 avec plus de 86 millions d'euros investis. Avec quinze levées au troisième trimestre 2004, contre dix-sept un an plus tôt, la sélection sur les opérations finalisées reste forte. Mais le montant moyen des investissements apparaît, lui, en très nette progression (5,74 millions d'euros), en croissance supérieure à 100 % sur un an.

Comparées aux résultats du deuxième trimestre, les données de l'indicateur Journal du Net/Benchmark Group montrent une reprise sans équivoque, confirmée par Antoine Garrigues, managing partner d'Iris Capital : "Nous constatons une reprise des investissements. Elle s'était déjà amorcée début 2004, mais elle se confirme. Cette reprise marque une meilleure confiance dans l'économie en général, et signifie également que les investisseurs ont réglé la plupart de leurs portefeuilles".

Près de la moitié des sociétés technologiques ayant levé des fonds au troisième trimestre sont en phase de développement, 46 % d'entre elles en étant au moins à leur troisième tour de table. Malgré la reprise des investissements, l'amorçage reste atrophié, la conjoncture étant encore trop floue et les investisseurs attentistes. En revanche, pour les acteurs déjà installés, les conditions de déploiement commercial sont de nouveau réunies.

Parmi les levées de fonds réalisées au troisième trimestre, les télécoms et le mobile font un retour en force. "Le déploiement de la 3G, la stabilisation de la situation économique des équipementiers et le dynamisme des opérateurs en matière de services multimédia contribuent à ce phénomène", estime Stéphane Roder, CEO de Streamezzo, une société qui a levé 5 millions d'euros cet été. Netsize, éditeur de solutions mobiles, a lui aussi réussi à lever 5,7 millions d'euros pour son troisième tour de table.

In Fusio, autre représentant du multimédia mobile, a quant à lui réalisé la plus grosse levée de ces trois derniers mois, engrangeant 22,5 millions d'euros pour financer son développement aux Etats-Unis et en Chine. Jaluna, un éditeur de solutions de virtualisation et d'intégration open source, réalise la deuxième levée en valeur, avec 12 millions d'euros. A noter, la présence de deux sites Internet parmi les levées de fonds de ce trimestre : Wstore et , le site dédié aux rencontres, qui a bouclé son premier tour de table en encaissant 7 millions d'euros, la plus grosse somme obtenue par un acteur Internet depuis le début de l'année.
Modifié le 18/09/2018 à 14h15
Mots-clés :
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Les dernières actualités

Un nouveau kilo, Huawei, SFR, Parcoursup : les actualités tech' de la semaine
LG veut être neutre en émissions carbone d'ici à 2030 et explique comment
Star Wars : après l'échec de Solo, Lucasfilm abandonne les spin-off
Comparatif 2019 : quels processeurs pour jouer et travailler ?
Où en est la législation française sur les travailleurs d'Uber, Deliveroo et consorts ?
Des capteurs inspirés des araignées pour permettre aux drones de réagir plus vite
Chine : une sonnerie de téléphone pour stigmatiser les citoyens endettés
Google lance la livraison de repas directe depuis Search, Maps et l'Assistant
AIDA64, l'outil de bench et de diagnostic, disponible en version 6.0
La transition écologique de l'industrie chimique va demander beaucoup d'énergie renouvelable
scroll top