Le RIAM se penche sur l'avenir de l'audiovisuel

Par
Le 15 décembre 2003
 0

Le réseau "Recherche et Innovation en Audiovisuel et Multimedia" a organisé une soirée consacrée à l'avenir de l'audiovisuel, en particulier en Asie.

A quoi ressemble la 4G ? Le réseau "Recherche et Innovation en Audiovisuel et Multimedia" a organisé une soirée consacrée à l'avenir de l'audiovisuel, en particulier en Asie.

Créée en 2000 par le gouvernement Jospin, le RIAM est une énième structure paraétatique, présidée par Jean-Charles HOURCADE et visant à fédérer les initiatives entre le secteur privé et le secteur publique en exerçant notamment une forte activité de veille technologique et commerciale dans l'audiovisuel et le multimédia.

Réunissant plus d'une centaine de personnes au Centre Français pour le commerce extérieur près du Trocadero à Paris, cette soirée s'intéressait plus particulièrement aux développements récents en matière d'innovations audiovisuelles et multimédia en Chine, au Japon, en Corée.

On retiendra les interventions de Hervé CAYLA, Responsable du laboratoire 1 R&D Pékin, soulignant un certain retard de la chine en matière de Recherche fondamentale mais néanmoins leur volonté d'imposer leurs propres standards télécoms et audiovisuels pour ne pas avoir à verser de royalties aux japonais, aux américains ou encore aux européens.

Patrick BAUDELAIRE, Vice-président recherche chez 84, a présenté l'évolution du téléviseur, du tube cathodique à la technologie OLED, en passant par le plasma et les cristaux liquides (TFT). Soulignant l'accélération de l'innovation dans ce secteur, il a également partagé les réflexions de Thomson en matière d'encre électronique, possible alternative bon marché aux écrans OLED pour les publicités murales par exemple.

Dans un étonnant duplex depuis le Japon, Pierre MUSTIERE, Ingénieur consultant chez Jitex, a de son côté mis l'accent sur les réflexions nippones en matière de télévision mobile. Malgré quelques tests de télévision mobile analogique sur le Nec V601n commercialisé par Vodafone ou encore les tests de KDDI avec les EzChannels sur son réseau 3D (CDMA 2000 1x ev-do), la révolution est annoncée pour 2005 avec la déclinaison mobile de la télévision numérique terrestre (technologie ISDB-T). Disposant d'écrans normalisés QVGA 320*240, les terminaux sont pratiquement opérationnels laissant désormais le champs libre aux chaînes de télévision afin qu'elles inventent de nouveaux programmes "de poche", éventuellement couplés à du cHTML assurant l'interactivité.

Enfin, Young Beom CHOI, Directeur des relations internationales, ETRI, un organisme sud-coréen servant visiblement de modèle au président du RIAM, a démontré tout le volontarisme de l'Etat coréen pour devenir le nouveau champion mondial des nouvelles technologies, récompensé par un taux d'équipement record de la population coréenne en 3G et en UMTS.

Le point commun à ces présentations était incontestablement le volontarisme et la vision stratégique des gouvernements de la Chine, du Japon et de la Corée, afin de faire de leurs pays les champions des NTIC. Malgré sa bonne volonté, le programme Re/So 2007 de l'actuel gouvernement Raffarin tient malheureusement difficilement la comparaison...
Modifié le 18/09/2018 à 14h14

Les dernières actualités

scroll top