Overnet adopte les mêmes contenus payants que Kazaa

Par
Le 21 octobre 2003
 0

Après Kazaa, c'est au tour de Overnet, le nouveau réseau décentralisé peer-to-peer de MetaMachine d'adopter les fichiers payants de AltNet.

Sous la pression de l'industrie du disque mais plus probablement de leurs propres actionnaires, les champions du peer-to-peer ont l'air de céder à l'appât du gain. Après Kazaa, le célèbre logiciel de Sharman Networks, c'est au tour de Overnet, le réseau peer-to-peer décentralisé de METAmachine (également à l'origine du réseau eDonkey) d'annoncer un partenariat avec AltNet.

Basé en californie, AltNet est une filiale de Brilliant Digital Entertainment et assure la commercialisation de média numériques (musique, vidéo, jeux, logiciels) payants et sécurisés. En mars 2003, la société annonçait par exemple avoir diffusé 75 millions de fichiers sécurisés dont 18 millions de fichiers payants, un chiffre significatif, supérieur aux 10 millions de morceaux de musique déjà écoulés par le iTunes Music Store d'Apple.

A l'instar de Kazaa, Overnet proposera donc les GoldFiles de AltNet à ses millions d'utilisateurs potentiels et devrait toucher une commission à la suite de chaque transaction, reprenant ainsi un modèle proche de celui des liens sponsorisés popularisé par Overture ou Espotting.

En s'appuyant sur les réseaux peer-to-peer Kazaa et eDonkey/Overnet, qui rassemblent des millions de personnes à chaque instant, AltNet dispose donc d'une formidable zone de chalandise. Mais le service doit encore convaincre les majors du disque ou du cinéma de distribuer leur contenu par son biais. Or hormis un accord avec 301studio, un obscur éditeur australien, l'industrie du disque n'entend pas coopérer pour le moment avec Altnet, faute de garanties suffisantes.

En attendant, la pression de l'industrie du disque commence à porter ses fruits puisque Sharman Networks (Kazaa) et MetaMachine (eDonkey / OverNet) semblent céder à l'appât du gain. Mais cette pression provoque également la création d'une nouvelle génération de réseau peer-to-peer avec le couple eMule/Kadamlian, désormais 100% décentralisé, opensource et théoriquement incontrôlable. La seule solution pour lutter contre le piratage sera t'elle d'intéresser financièrement les internautes ?
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités

scroll top