Le Parlement européen examine la directive sur les brevets logiciels

23 septembre 2003 à 00h00
0
Les députés du Parlement européen examinent cette semaine le projet de directive de la Commission européenne sur "la brevetabilité des inventions mises en œuvre par ordinateur", visant à légaliser les brevets sur les logiciels.

Nombreux sont ceux qui craignent que ce texte, en l'état, ne freine l'innovation en Europe.

"Si le Parlement européen devait voter pour ce texte sans y apporter de modifications, l'économie européenne serait menacée et risquerait de perdre des milliers d'emplois. De plus, la dynamique de l'innovation serait ralentie, voire annulée pour les PME", a déclaré Mario OHOVEN, Président de la CEA-PME (Confédération européenne des associations de petites et moyennes entreprises).

Des membres du parti socialiste européen ont également fait connaître leur opposition au projet, dont l'ancien Premier ministre Michel ROCARD, actuel président de la commission "culture, jeunesse, éducation médias et sport" du Parlement européen, et le député Gilles SAVARY.

Cette opposition aux brevets logiciels est également partagée par des organisations telles que la FFII (Foundation for a Free Information Infrastructure - www.ffii.org), Eurolinux (http://eurolinux.ffii.org/) et l'AFUL (Association francophone des utilisateurs de Linux et des logiciels libres - www.aful.org).

Cette dernière a transmis à la presse une lettre ouverte à destination des eurodéputés en faveur de limitations strictes à la brevetabilité des logiciels (www.effi.org/patentit/patents_torvalds_cox.html).

Cette lettre est signée Linus TORVALDS, informaticien finnois à l'origine du système d'exploitation Linux, et Alan COX, développeur en charge du noyau 2.2 et de la série -ac de Linux (noyaux souvent utilisés par les distributeurs tels que ou Mandrake).

"L'expérience des Etats-Unis démontre que les brevets logiciels ne bénéficient à personne, sauf peut-être aux avocats en brevets et aux services de propriété industrielle. Ils ne servent qu'à affaiblir le marché et à augmenter les dépenses en frais de dépôt", a souligné Linus TORVALDS.

Messieurs TORVALDS et COX souhaitent que le projet de directive soit révisé afin de : clarifier les limites de la brevetabilité, éviter les entraves à la concurrence (interopérabilité) et à l'emploi de brevets pour empêcher la publication d'informations.

En revanche, pour Arlene McCARTHY, députée européenne et rapporteur du projet, les programmeurs européens seront en mesure de rivaliser avec leurs homologues américains "à la condition" que leur droit au dépôt de brevets soit confirmé par la loi.

Le vote du Parlement européen sur la directive relative à la brevetabilité des logiciels doit avoir lieu mercredi.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Émissions de CO2 : Bruno Le Maire milite pour le déplafonnement du malus automobile
Le minage de cryptomonnaies participe au réchauffement climatique
Porn : Macron veut
Bill Gates est de nouveau l'homme le plus riche au monde devant Jeff Bezos
Votre maison côtière sera-t-elle sous l’eau chaque année en 2050/2100 ?
Xavier Niel se dit prêt à investir 1,4 milliard de sa fortune personnelle dans Iliad-Free
Mustang Mach-E : Ford lâche la cavalerie électrique… et ça va faire mal
Berline électrique BMW i4 : puissance, autonomie et performances révélées
L'iran coupe à son tour Internet pour enrayer les révoltes populaires
Pourquoi Stadia ne sera pas intéressant avant un an

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top