Catherine BARBA-CHIARAMONTI : "iFrance va bien !"

Par
Le 24 octobre 2002
 0

Directrice générale de i(france), Catherine BARBA-CHIARAMONTI présente la version 4 du portail de Vivendi Universal

JB - Longtemps resté dans l'ombre de Vizzavi, que devient i(france), le portail pour les internautes "avertis" de VUnet ?

CBC - i (france) va très bien ! Après avoir sorti deux nouveaux services autour de l'email ainsi qu'une nouvelle offre pour les webmasters, nous lançons aujourd'hui la nouvelle version du portail. Nous avons toujours eu un positionnement très différent de celui de Vizzavi, qui s'adressait plutôt aux internautes débutants en offrant des services associés au mobile; i(france) cible pour sa part les internautes confirmés avec des offres résolument orientées "web".

JB - Sur le plan financier, êtes vous parvenus à la rentabilité ? Comment se répartit le chiffre d'affaire entre la publicité et les services payants ?

CBC - L'équilibre est encore devant nous, même s'il n'est plus très loin. Aujourd'hui, la publicité et les partenariats représentent plus de 60% de nos revenus. Nous assistons depuis plusieurs mois à une montée fulgurante des revenus des services payants car nous avons d'une part construit et enrichi toute une gamme autour de l'e-mail et du site perso, et d'autre part commencé à mettre en place un programme de conversion de notre base de membres gratuits en clients payants.

JB - Jean-René FOURTOU a indiqué que les entités Internet de VU avaient pour vocation soit d'être rattachées aux grands métiers du groupe, soit d'être cédées. Vizzavi se rapproche de SFR. Allez vous désormais travailler avec Cegetel ?

CBC - Nous travaillons déjà avec Cegetel : les équipes se connaissent et je crois qu'elles s'apprécient mutuellement. Je ne peux pas vous en dire plus aujourd'hui pour des raisons évidentes.

JB - Vous avez dévoilé une nouvelle version du site. Quels sont vos objectifs avec cette "v4" ?

CBC - Cette v4 a deux objectifs. Premièrement, exprimer plus clairement notre positionnement de fournisseur d'outils Internet avancés. Ainsi, nous mettons beaucoup plus en avant sur le portail nos offres de messagerie et d'hébergement qui constituent le cœur de notre métier.

Deuxièmement, renforcer notre offre de contenu afin d'équilibrer notre inventaire publicitaire, qui repose désormais autant sur le contenu issu des pages perso que sur des pages éditoriales. Pour cela, nous avons développé plus de 14 chaînes thématiques, en synergie notamment avec les sociétés du groupe Vivendi Universal, en intégrant les contenus et les services de marques comme AlloCiné, YourMobile, ou encore CanalNumédia. Enfin, pour répondre avec toujours plus de rapidité et de fiabilité aux besoins de nos utilisateurs, nous avons intégré sur le portail fournisseurs de services leaders dans leur domaine comme Match.com, Alta Vista, Bonjour ou E-Spotting.

Les annonceurs trouveront ainsi une profondeur de contenu thématique ciblé beaucoup plus importante et de nouvelles possibilités d'intégration de formats innovants, contextuellement intégrés, gage d'une efficacité publicitaire accrue.

Les premiers résultats sont très encourageants puisque le trafic sur les espaces thématiques a considérablement augmenté en quelques jours et le nombre de visiteurs uniques sur le site s'est accru de 40% depuis la mise en ligne! i (france) représente aujourd'hui une audience de 4.100.000 visiteurs mensuels pour environ 120 millions de PAP. Nous visons désormais le top 10 de l'audience en France.

JB - i(france) dispose d'une chaîne charme assez osée. Vous ne craignez pas de froisser l'actionnariat ?

CBC - Cette chaîne a plus un caractère érotique que pornographique et nous prenons toutes les précautions d'usage sur ce sujet. Aucun contenu sensible pour les enfants n'est accessible sans filtrage.

JB - Allez vous proposer du contenu d'actualité ou un moteur de recherche ? des métiers "historiques" pour certains portails généralistes...

CBC - Non, car ça n'est ni notre métier au départ, ni notre positionnement aujourd'hui. Nous préférons rester concentrés sur la cible des internautes avertis et développer pour eux des outils à valeur ajoutée directement liés aux services clés d'i (france) que sont la messagerie et l´hébergement. Il s 'agit pour la plupart d'outils payants, grâce auxquels nous réalisons la conversion de notre base de membres gratuits en clients.

JB - Et comment se passe cette conversion ?

CBC - Nous avons 1,2 million de membres dont la moitié sont des webmasters. Cela fait environ un an que nous proposons ces services payants, autour de la messagerie et de l'hébergement, et nous observons un taux de transformation dans la moyenne du marché. Nous sommes toutefois au delà de nos prévisions sur l'année 2002, avec une tendance de conversion significativement accrue depuis la nouvelle version.

JB - Avez vous identifié de nouveaux besoins de la part de vos webmasters ?

CBC - Oui, parce que nous avons une relation très étroite avec nos membres et leurs nombreux courriers sont souvent à l'origine de nos nouveaux services. Nous réalisons des enquêtes de satisfaction, en particulier auprès des abonnés payants. Actuellement, nous travaillons sur de nouvelles offres d'hébergement destinées aux gros consommateurs de Web.

JB - Avez vous abandonné vos projets de fournisseur d'accès Internet ?

CBC - Effectivement, cet axe de développement est abandonné. Ne nous dispersons pas ! Notre priorité aujourd'hui est de consolider notre offre et d'équilibrer nos sources de revenu pour faire d'i(france)une société Internet rentable au plus vite.

JB - Madame CHIARAMONTI, je vous remercie.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités

scroll top