VivendiUniversal affiche une perte de 12,3 milliards d'€uros et replonge de 25,42% en bourse

Par
Le 14 août 2002
 0

Vivendi-Universal affiche une perte nette de 12,3 milliards d'euros pour le premier semestre 2002, entraînant une nouvelle chute de son cours de plus de 25%

Rude journée pour Jean-René FOURTOU, le successeur de Jean-Marie MESSIER. Le groupe Vivendi-Universal affiche une perte nette de 12,3 milliards d'euros pour le premier semestre 2002, entraînant une nouvelle chute de son cours de plus de 25% à 11,89 euros et la dégradation de sa note auprès de Standard&Poors et Moody's.

C'est incontestablement une très mauvaise surprise pour les analystes financiers puisque le groupe avait déjà affiché une perte de 13,6 milliards d'euros pour l'année 2001 mais cette perte s'explique par la volonté du nouveau PDG du purger (peut-être excessivement) sa société et de pouvoir certainement faire réapparaitre (comme par hasard) de bons résultat sur le 2e semestre 2002.

Dans le détail, JR FOURTOU a décidé de faire passer 11 milliards d'euros en dotation pour dépréciation d'actifs (3,8 Mds € pour Canal+, 3,5 Mds € pour Universal Music, 2,6 Mds € pour VU Entertainement et 1,1 Md € pour VUnet) et 3,8 Mds € en provisions financières.

En attendant, VU a encore une fois été dégradé par l'agence de rating Standard & Poor's (BBB- à BB) et par Moody's (Ba1 à B1) ce qui n'empêche pas le groupe de communication français d'obtenir 3 milliards d'euros pour faire face à son problème de liquidités et de travailler sur un vaste plan de désendettement d'environ 10 milliards d'euros dont 5 dans les neuf prochains mois.

L'éditeur scolaire américain Houghton Mifflin, les filiales internationales de canal+ et certaines activités de VUnet pourraient ainsi être cédés ou restructurés à très court terme.
Modifié le 18/09/2018 à 14h11
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Les dernières actualités

scroll top