Aladdino renonce à sa levée de fonds

Par Jérôme Bouteiller
le 29 octobre 2001 à 00h00
0

En raison d'un contexte financier jugé défavorable, Aladdino, éditeur de plates formes de services mobiles, a décidé de renoncer à une levée de fonds.

En raison d'un contexte financier jugé défavorable, Aladdino, éditeur de plates formes de services mobiles, a décidé de renoncer à une levée de fonds.

Dur dur d'être une start-up en cette fin d'année 2001. En raison d'un contexte financier jugé défavorable, la société française Aladdino, éditeur de plates formes de services mobiles, a décidé de renoncer à une levée de fonds

Initiée en Mars 2001 et confiée à la banque d'affaires NetsCapital, cette levée devait porter sur 5 à 7 millions d'€uros. Mais le contexte financier et commercial s'étant largement dégradé, les fondateurs ont préféré renoncer à cette opération, afin de ne pas diluer leurs parts et garder le contrôle de la société.

« Dans une situation où le risque perçu est élevé, il est normal que les garanties exigées soient fortes » commente Yvon Corcia, Président d'Aladdino. « Aujourd'hui, le marché est lent et un accroissement significatif de notre effort marketing et commercial rapporterait peu de CA en plus. Par contre pour pouvoir financer ce surcroît d'effort, il faudrait donner aux investisseurs une part importante du capital assortie de droits de priorités très significatifs. Notre avis est qu'il vaut mieux nous focaliser sur notre secteur d'activité, tout en proposant plus de service en dehors de nos prestations d'éditeur. Notre confiance dans ce marché n'est pas entamée, seule la conjoncture fait que les clients investissant peu, il faut se mettre en situation de passer l'orage par nos propres moyens. »

Concurrent de sociétés comme Mobipocket ou Avantgo, Aladdino a initiallement commercialisé un logiciel agrégateur de contenus pour Palms et téléphones WAP pour ensuite se spécialiser dans la création de sites "mobiles" (ordinateurs de poches, téléphones) au profit de sociétés souhaitant se développer sur ces nouveaux terminaux.

Visant un chiffre d'affaires de 8.4 millions de francs pour l'année 2001, Aladdino prend donc une décision courageuse et mise sur le decollage attendu de l'internet mobile avec le GPRS et les ordinateurs de poche pour assurer sa viabilité économique. La société est ainsi l'une des premières à proposer des téléchargements de médias électroniques pour ordinateurs de poche avec des titres aussi prestigieux que ... NetEconomie.com !
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

William Shatner (Star Trek) nous raconte en vidéo comment la NASA va retourner sur la Lune
Une app mobile pour diagnostiquer les otites en
Désenchantée : la saison 2 pour tous sur Netflix dès le 20 septembre
Edge Chromium, la version de développement continue son évolution
Les bactéries océaniques qui produisent de l’oxygène altérées par la pollution plastique
Hyundai et Kia investissent dans Rimac pour développer deux sportives électriques
Fondation / e / : des smartphones Android remis à neuf... les services Google en moins
La dernière maj Xbox One vous permet de voir si vos amis jouent sur PC ou console
Formule E : notre reportage dans l’antichambre des voitures électriques
Des chercheurs conçoivent un réseau de neurones artificiels
Fête des mères, nos 15 idées cadeaux pour gâter votre maman
Mercedes : le constructeur veut des voitures neutres en CO2 d'ici 2039
Être propriétaire de sa voiture, un modèle bientôt dépassé d'après le CEO de Volvo
Guacamelee! Super Turbo Championship Edition est gratuit sur le Humble Store
VivaTech 2019 - AMY (RATP), l'appli qui utilise les ultrasons pour alerter les piétons d'un danger
scroll top