Oracle tient à rappeler que le eBusiness fait gagner de l'argent

Par
Le 28 octobre 2001
 0

Editeur de bases de données et de logiciels eBusiness, Oracle tient à rappeler que ses produits font économiser de l'argent à ses clients.

Editeur de bases de données et de logiciels eBusiness, Oracle tient à rappeler que ses produits font économiser de l'argent à ses clients.

Dans une période financièrement tendu, l'éditeur de logiciels eBusiness américain Oracle tient à rappeler que les nouvelles tehnologies de l'information et en particulier ses produits permettent à ses clients de réaliser des économies et des gains de productivité.

Ainsi, à la demande de l'éditeur, des sociétés telles que Belgacom, Compaq, Telia Networks ou encore Carrier affirment avoir considerablement diminué leurs coûts, accru leur efficacité et augmenté leurs profits gràce à Oracle E-Business Suite : 48 millions de dollars pour Compaq, 6 millions de livres pour la municipalité de
Liverpool, 20% de croissance des ventes pour Carrier, 3,4 millions de dollars d'economies annuelles pour Telia, etc...

"Le profit est la raison d'être de toutes les entreprises," explique Sergio Giacoletto, Vice President Executif d'Oracle EMEA. "La simplification des processus avec des outils de réduction des coûts constitue la solution adaptée à un environnement économique incertain. Au lieu de constituer une dépense non productive, les systèmes informatiques basés sur Internet génèrent des avantages et des profits importants pour beaucoup d'entreprises. Internet entre aujourd'hui dans sa phase rentable, et les gains sont de deux ordres. En interne, une entreprise peut rationaliser ses processus en diminuant ses coûts et en augmentant son efficacité. En externe, elle peut se connecter à ses clients, ses partenaires, ses fournisseurs et ses collaborateurs pour diminuer ses coûts en adoptant un fonctionnement collaboratif pour des activites telles que la gestion de la chaine d'approvisionnement, les achats et la conception des produits."

Champion de l'informatique, Oracle tient donc à revenir aux arguments qui avaient été à l'origine de la bulle internet, mais qui gardent, malgré les excès du 19, toute leur pertinence.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités

scroll top