Rémi ALLIO : Madwin, site pionnier pour les jeux promotionnels primés

Par
Le 13 mars 2001
 0

Pionnier des jeux promotionnels primés sur le web, Rémi ALLIO présente MadWin.com et analyse le marché du jeu d'argent sur internet.

Pionnier des jeux promotionnels primés sur le web, Rémi ALLIO présente MadWin.com et analyse le marché du jeu d'argent sur internet.

JB - Monsieur Rémi ALLIO, bonjour. En quelques mots, pourriez vous présenter votre parcours ainsi que votre société MadWin ?

RA - Je suis co-fondateur du site MadWin.com (anciennement MadQuiz.com) et diplômé de l'Institut National des Télécommunications (INT management), ainsi que de l'université Paris Dauphine en maîtrise des sciences de gestion. Crée en octobre 1999, la société Madnetix fut la première société en France spécialisée dans les jeux promotionnels en ligne. Elle édite le site MadQuiz.com depuis janvier 2000, et exerce une activité de création et réalisation d'animations et jeux en ligne à destination de grands comptes.

JB - Vous étiez jusqu'à présent connus sous le nom de MadQuiz. Pourquoi avoir changé de nom ?

RA - MadQuiz.com est devenu MadWin.com. Le suffixe 'Quiz' devenait trop restrictif. Si MadQuiz.com se composait au départ essentiellement de Quiz, MadWin.com compte plus de trente jeux divisés en huit catégories, allant des jeux d'arcade aux jeux de casino, en passant par des Jeux de société et des jeux de hasard. Le changement de nom était inévitable, afin de communiquer notre aspect plus généraliste, et d'insister sur la notion de gain.



JB - Votre plate-forme propose de nombreux jeux de hasard, permettant de gagner des cadeaux. Pourquoi ne pas proposer de loterie ?

RA - Nous sommes les spécialistes du jeu promotionnel, c'est à dire d'un travail et d'une mise en avant approfondie de la marque et du métier de l'annonceur sur MadWin.com. A ce titre, nous insistons sur l'aspect qualitatif et complet de la communication que nous proposons sur MadWin. Sur les sites de loterie, les utilisateurs devaient valider leur grille en cliquant 'forcément' sur la bannière des annonceurs. Cette stratégie du clic forcé a bénéficié de l'indulgence des annonceurs pendant un certain temps, jusqu'à leur prise de conscience de la quasi inutilité de ce type de méthodes, en vertu de quoi les loteries en ligne subissent aujourd'hui la crise de plein fouet. Quant à proposer une loterie, la chose est envisagée depuis un certain temps en terme d'animation de MadWin.com, bien que nous n'ayons guère d'illusions quant à l'intérêt promotionnel et qualitatif de ce genre de jeux.

JB - Peut-on quantifier le marché des jeux en ligne ?

RA - On estime que les revenus des jeux et loteries en ligne devraient passer de 625 millions de dollars en 2000 à 11 milliards en 2004. En ce qui concerne les amateurs de ce type de site, le besoin de se divertir étant fondamental, chaque internaute devient un joueur potentiel.

JB - Quelles sont vos ambitions pour MadWin ?

RA - MadWin est le site pionnier sur le segment du jeu promotionnel primé en France. A ce titre, nous avons développé de nombreuses solutions originales et avons poussé trés loin les possibilités de mise en avant d'un annonceur sur le site. Nous ne cessons par ailleurs de développer de nouveaux jeux pour nos membres. Cette stratégie sera poursuivie, contribuant à renforcer la valeur, et l'attractivité du site.



JB - Comment financez vous votre développement ? Avez vous été victime du e-krack de l'année 2000 ?

RA - Nous avons atteint l'équilibre financier. La société Madnetix, éditrice du site MadWin.com s'auto finance grâce aux revenus générés par les solutions promotionnelles proposées sur MadWin.com, mais également grâce à notre activité de concepteur d'animations et de jeux en ligne auprès de grands comptes. Nous pouvons en conclure que le succès de MadWin (50ème site média français selon le classement Médiamétrie, Cybermétrie) est dû à sa qualité, en tant qu'outil promotionnel et espace ludique, et non à de coûteux renforts de publicité (nous n'avons jamais eu de budget publicitaire) dans lesquels se sont engouffrés, avec un succès mitigé, de nombreux sites de notre segment. MadWin.com connaît une situation paradoxale face à la crise, nous offrons aux annonceurs des espaces promotionnels de qualité que ceux-ci semblent apprécier, ils se tournent donc vers nous actuellement.

JB - Qu'il s'agisse de la Française des Jeux, du PMU ou des Casinos, l'Etat a toujours conservé le contrôle sur les jeux d'argent. Qu'en sera t'il sur le Net ?

RA - La démarche de François 1er en 1539 visant à instituer le monopole de l'Etat sur les jeux payants et à gain pécuniaire était (outre l'intérêt d'une nouvelle dîme) mû par la volonté de ne pas laisser à un acteur privé le contrôle du jeu... l'envie de jouer étant inextinguible, il valait mieux que les choses se passent correctement et en compagnie de l'Etat. Suivant cette logique, rien n'empêche l'état français de décliner sur un support Internet les jeux sur lesquels il a un monopole, la française des jeux a d'ailleurs d'ores et déjà communiquée sa volonté de décliner sur Internet ses jeux déjà existant rassemblés en un site de jeux payants.

Nous ne sommes cependant pas directement concerné, et ce pour 3 raisons. Les jeux contrôlés par l'Etat sont payants, or les internautes ont aujourd'hui la possibilité de se divertir et de gagner sur des jeux entièrement gratuits. Pourquoi iraient-ils alors s'appauvrir de quelques francs tous les jours quand ils peuvent gagner les mêmes choses gratuitement ? De plus, notre population de joueurs n'est pas la même que les joueurs traditionnels du Loto, et qui plus est, du PMU. Enfin, nous axons notre offre sur une gamme complète de jeux et sur l'intérêt ludique. Ce n'est pas la démarche exclusive de gains des amateurs de loteries nationales. Le comportement des jeux nationalisés sur Internet est donc un problème que nous suivons de très loin.

JB - N'êtes vous pas tenté par le lancement de monnaies privées, afin de rémunérer, de manière déguisée, les internautes ?

RA - Nous disposons des MadPoints. Ces MadPoints, acquis sur les jeux de MadWin sont essentiellement une monnaie ludique, même si il peuvent s'avérer être un puissant moyen d'incitation. Les monnaies privées ont une valeur fixe, et sont échangées contre des biens de consommation. Les MadPoints n'ont pas de valeur fixe puisqu'ils sont misés ou enchéris sur des lots. Ils ne sont donc en aucun cas une monnaie virtuelle. Le développement de notre système de points restera dans ce cadre. Nous n'avons donc pas grand chose à voir avec un système de miles. Enfin, et plus fondamentalement, nous n'adhérons pas au principe de monnaies privées.

JB - Monsieur ALLIO, je vous remercie.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités

scroll top