Philippe FONTAINE, eBay France : "l'argent levé lors de l'IPO est encore à la banque"

16 novembre 2000 à 00h00
0
Directeur de eBay France, la filiale française du numéro un mondial des enchères, Philippe FONTAINE a bien voulu présenter sa société dont la rentabilité "structurelle" tranche avec de nombreuses start-up

JB - Monsieur Fontaine, bonjour. En quelques mots, pourriez vous vous présenter ainsi que que votre entreprise ?

PF - Bonjour. Je suis diplômé en droit européen et j'ai obtenu un MBA aux Etats-Unis, où j'ai commencé ma vie professionnelle. Je suis entré dans l'économie internet par le biais de la médecine en créant uen plate forme de commerce électronique pour matérie médical à New-York. Je suis ensuite allé travailelr dans la silicon Valley où j'ai rejoins eBay. Je me consacre désormais au développement de eBay France.

eBay a été fondé en 1995 par Pierre OMIDYAR, un américain d'origine française, qui a émigré à l'age de 6 ans mais qui est encore parfaitement francophone. Initiallement ingénieur spécialisé dans le logiciel, il a réalisé un site pour sa petite amie qui souhaitait pouvoir échanger des Pez, des petits distributeurs de bonbons. Le site s'est ensuite élargit à d'autres collectionneurs pour enfin entrer en bourse en 1997 et compte actuellement près de 1500 employés, basés à San José en Californie. Pour l'anecdote, eBay a été rentable dès son 3e mois d'existence et l'argent levé lors de l'IPO est encore à la banque !

JB - Fabrice GRINDA a indiqué qu'Ebay avait proposé près de 40 millions de dollars pour racheter Aucland au printemps 1999. Pourquoi avoir attendu si longtemps pour lancer cette version française, d'autant que votre PDG est lui-même d'origine française ?

PF - Je ne pense pas que nous ayions attendu si longtemps. Jusqu'à présent, nous estimions que le taux de pénétration de l'internet en France était encore un peu bas. Nous avons réalisé une analyse du marché et nous avons été amené à rencontrer beaucoup de monde en effet. Néanmoins, contrairement à l'Allemagne où nous avons opté pour un rachat, nous n'avons pas trouvé de partenaire français partageant notre philosophie et nos valeurs basées sur une communauté. Nous nous sommes dans lançés seuls mais tout reste ouvert pour d'éventuels partenariats ultérieurs.

JB - eBay.com est le numéro un mondial des enchères entre particuliers. Pouvez communiquer quelques statistiques comme le coût d'acquisition d'un abonné, le CA moyen réalisé par abonné actif, le taux de convesion d'un visiteur en abonné, ainsi que quelques éléments financiers sur votre maison mère ?

PF - Toutes ces informations sont assez précises et dans l'ensemble confidentielles. Néanmoins, je peux vous dire que eBay compte 18 millions de membres, qu'ils sont très actifs avec près d'une transaction hebdomadaire en moyenne. Nous avons actuellement 5 millions d'objets en vente sur notre plate-forme et le renouvellement quotidien représente 600.000 objets. Au dernier trimestre, ces échanges représentaient 1 milliard de dollars sur lesquels nous percevons des commissions de l'ordre de 5 à 6%. Nous avons réalisé un bénéfice de 15 millions de dollars lors de ce dernier trimestre.

JB - Quelle est la répartition du chiffre d'affaire entre le transactionnel et la publicité ?

PF - Le concept de eBay est assez spécifique dans le sens où nous sommes très "communautaires". L'essentiel de nos revenus provient des commissions perçues sur les transactions de notre plate-forme. Les quelques publicités affichées sur le site américain représentent une part marginale de notre chiffre d'affaire et sont, le plus souvent, liées aux transactions en proposant des systèmes de cartes de crédit ou d'assurance.

JB - Un site comme iBazar se présente avant tout comme une plate forme de transaction électroniques entre particuliers incluant les enchères mais aussi les achats groupés. Quelle est la politique de eBay en la matière ?

PF - Fixer les prix avec la méthode des enchères est une manière d'optimiser la rencontre d'une offre et d'une demande mais il en existe d'autres. L'achat groupé est peut-être une possibilité pour eBay dans le futur mais nous n'avons pas identifié cette demande de la part de notre communauté.

JB - On voit apparaître de plus en plus de sites d'enchères spécialisés, voiturs, téléphones, etc... Quel est votre sentiment ?

PF - Historiquement, eBay a ciblé les collectionneurs. Ensuite, nous nous sommes aperçus qu'après les timbres ou les monnaies, ces dernier avaient d'autres besoins, ce qui explique l'élargissement d'eBay à d'autres catégories. Les sites spécialisés auront-ils la capacité d'attirer leur audience sur un seul type de produits ? nous en doutons.

JB - Que pensez vous de site comme Trokers.net, proposant des échanges non monétarisés basés sur le troc ?

PF - Je ne connais pas le site en question mais cela me parait un modèle intéressant.

JB - Craignez vous que des sites de ventes aux enchères basculent uniquement sur un modèle pub ?

PF - Demander un droit d'inscription et percevoir une commission sur les transactions permet de crédibiliser notre plate-forme. Le veudeur veut être sûr de pouvoir vendre son produit, sinon, il perd du temps et de l'argent. Nous restons persuadés que cet aspect est fondamental pour les sites tels que le nôtre.

JB - Comment situez vous eBay par rapport aux commisseurs priseurs traditionnels ?

PF - Il y a de la place pour les deux activité et je dirais même quenous sommes assez complémentaires. Nous vendons des produits qui ne trouveraient pas leur place dans des salles de ventes au enchères. Nous restons une plate forme de transactions entre particuliers et l'enchère n'est qu'une méthode, parmi d'autres, pour optmiser l'affectation du prix.

JB - On parle parfois de TomberduCamion.com pour désigner les sites de ventes aux enchères. Comment appréhendez vous la question de la certification des produits et des vendeurs ?

PF - eBay ne propose pas de système d'authentification ou de certification. Cet aspect relève de la responsabilité de nos membres. Néanmoins, nous leur proposons un système de notation de chaque membre de notre communauté, afin de profiter de l'expérience acquise lors des échanges précédents.

JB - Etudiez vous le lancement d'une monnaie eBay pour simplifier les transactions entre vos abonnés ?

PF - eBay na pas le droit d'émettre une monnaie, c'est une prérogative des Etats. Nous regardons néanmoins les systèmes alternatifs et chaque mode de paiement sera étudié.

JB - Quelle est votre stratégie en matière d'expansion européenne ?

PF - Après la Grande-Bretagne, l'Allemagne et la France, nous avons annoncé l'ouverture prochaine de notre site en Italie. Nous évaluons les marchés en fonction du taux de pénétration de l'internet mais aussi en fonction de l'activité des internautes sur notre propre plate-forme internaitonale eBay.com

JB - Aucland est présent sur le web mais aussi en WAP, sur Minitel et propose un magazine. Quelle est la stratégie de eBay ?

PF - Aux USA, eBay dispose de son propre magazine, réalisé avec un partenaire local. En France, cela dépendra un peu de la demande. Nous évaluons actuellement la faisabilité de l'implémentation de eBay en WAP. Pour le Minitel, ce n'est pas à l'ordre du jour mais si la demande existe, nous l'étudierons

JB - Monsieur Fontaine, je vous remercie
Entretien réalisé en Novembre 2000 par Jérôme BOUTEILLER
Modifié le 18/09/2018 à 14h07
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Viapolis, un nouveau réseau de guides urbains
Affiliate Channel signe avec Nestlé
Suez pourrait entrer au capital de Europ@web
12.8 millions d'internautes en France selon MMXI
Gunman Chronicles et Hitman passent en gold
Viapolis, un nouveau réseau de guides urbains
Affiliate Channel signe avec Nestlé
Suez pourrait entrer au capital de Europ@web
12.8 millions d'internautes en France selon MMXI
Pentium IV : sortie officielle lundi !
Haut de page