Alban de Villeneuve : eQuesto, plate-forme de questions-réponses pour les professionnels

Par
Le 11 septembre 2000
 0

Ayant identifié un nouveau marché de l'économie de l'information, eQuesto propose une plate-forme de questions-réponses pour mettre en relation professionnels et experts dans tous les domaines. Alban de Villeneuve, Directeur Business Developpement, a bien

Ayant identifié un nouveau marché de l'économie de l'information, eQuesto propose une plate-forme de questions-réponses pour mettre en relation professionnels et experts dans tous les domaines. Alban DE VILLENEUVE, Directeur Business Developpement, a bien

JB - Monsieur de Villeneuve, bonjour. En quelques mots, comment pourrait-on définir eQuesto ?

AdV - Le site eQuesto (à l'adresse www.equesto.fr) permet aux décideurs d'entrer en relation avec les experts capables de leur apporter une solution dans les domaines essentiels de la vie d'une entreprise, à savoir : le droit et fiscalité, la comptabilité et la finance, le marketing, ressources humaines, comptabilité et finance. eQuesto.fr est un point d'accès unique à l'ensemble de ces compétences. Les clients - professionnels - ont une complète maîtrise de l'ensemble de la prestation puisqu'ils peuvent procéder à des appels d'offre et bénéficient de la souplesse qu'apporte le paiement à l'acte.

Ce qui est au coeur des préoccupations d'equesto, c'est de fournir un moyen aux décideurs de trouver facilement et rapidement une réponse à leurs problématiques. J'emploie à dessein le terme de problématique plus que de questions : lorsque les experts sont sollicités, ils réalisent en fait de véritables prestations intellectuelles. Nous intervenons pour faciliter ces échanges entre clients et experts.

JB - Peut-on parler de bourse aux questions ?

AdV - Parler de bourse aux questions serait réducteur : ce terme définirait plus un site tel que askme.com où les internautes sont invités à consulter une "question board" sur lequel ils trouvent les questions classés par catégorie et peuvent y répondre librement.

JB - Votre modèle est basé sur une commission sur les transactions réalisées sur votre plate forme. Quelles sont vos prévisions financières pour les prochains mois ?

AdV - eQuesto met en relation les parties et gère tout le processus de paiement & facturation. A ce titre, eQuesto reçoit une commission à hauteur de 15% du montant de la transaction ; ce montant est négocié entre l'expert choisi et le client. eQuesto a un plan de communication agressif et ciblé à partir du mois d'octobre (presse, radio, TV...) qui accélérera la croissance du service sur le marché français. Nous prévoyons un CA de 1,5 MF pour 2000.

JB - Contrairement à Keen ou Wonoz, vous semblez vous être limités à des thématiques "professionnelles".

AdV - Les sites tels que keen ou woonoz ont une vocation plus communautaire. Leur mot d'ordre est que toute personne peut avoir une expertise sur tout et décider de la vendre. L'approche de eQuesto est différente. Tout le sérieux du service d'eQuesto est basé sur la qualité de l'expertise mise à disposition de nos clients professionnels.

JB - Quelles sont les raisons de ce choix ?

AdV - Les entreprises sous-traitent de plus en plus les activités qui ne font pas partie de leur core-business. Cela est particulièrement sensible dans l'essor que connaît aujourd'hui le télétravail et l'augmentation du nombre de freelances. Il y a donc une vraie nécessité :
1/ d'accompagner les structures qui n'internalisent pas l'ensemble des compétences en les mettant en relation, via equesto.fr, avec les experts les plus à même de répondre à leurs problématiques
2/ de permettre à toutes les structures qui fournissent des prestations intellectuelles de valoriser leur savoir-faire sur Internet et de trouver de nouveaux clients.

JB - Pensez vous être un concurrent d'une entreprise comme SVP ?

AdV - Le modèle de SVP est différent : SVP s'adresse plutôt à des entreprises de taille importante, qui ont les moyens d'assumer financièrement un abonnement à leurs services. eQuesto est le premier à instaurer le paiement à l'acte.

De plus, les sociétés qui utilisent le service de eQuesto.fr ont la possibilité, outre de poser une question à un expert, de faire réaliser par un expert une véritable prestation on-line : par exemple la rédaction d'un contrat par un avocat.

Les échanges sur eQuesto.fr ont vocation à permettre un véritable accompagnement des utilisateurs : nous les aidons à formuler leurs problématiques via le biais d'un forum qui permet à l'expert et à son client d'entrer en dialogue et de partager l'accès à des documents mis en ligne.

JB - Internet s'est construit sur une culture de partage gratuit d'informations. Pensez vous que votre modèle y trouvera sa place ?

AdV - Il devient de plus en plus difficile de trouver la bonne information sur le web : il suffit de voir le bouillonnement que connaît aujourd'hui le secteur des moteurs de recherche (cf.article http://www.journaldunet.com/moteurs/moteurs.shtml), qui cherchent en permanence à proposer de nouveaux outils pour trouver de façon plus efficace l'information sur le web.

L'information disponible sur le web n'est ni triée, ni validée, ni personnalisée : les décideurs sont prêts aujourd'hui à payer pour trouver de l'information pertinente et sérieuse. Pour prendre un exemple concret, un décideur cherchant à se renseigner sur le passage aux 35 heures trouvera une information pléthorique sur le sujetmais il lui sera difficile de connaitre précisément les implications de la loi sur sa propre structure. eQuesto.fr permet en outre d'aller plus loin que la simple question et le client trouvera des experts qui l'accompagneront véritablement dans sa démarche pour la rédaction de nouveaux contrats par exemple.

JB - Pensez vous que des géants du conseil aux entreprises pourront un jour utiliser une plate forme comme la vôtre ?

AdV - Nous sommes aujourd'hui en relation avec les entreprises dont vous parlez qui nous ont d'ores et déjà témoigné leur intérêt. Nous avons signé récemment un partenariat avec CXP.

JB - Monsieur de Villeneuve, je vous remercie.
Entretien réalisé en Septembre 2000 par Jérôme BOUTEILLER
Modifié le 18/09/2018 à 14h07

Les dernières actualités

scroll top