UMTS : La France hésite pour la procédure d'attribution des licences

Par
Le 04 mai 2000
 0

L'extraordinaire succès rencontré par la mise aux enchères des licences UMTS de téléphonie cellulaire de 3ième génération a fait des vagues au sein du gouvernement français.

L'extraordinaire succès rencontré par la mise aux enchères des licences UMTS de téléphonie cellulaire de 3ième génération a fait des vagues au sein du gouvernement français.

En effet, ce dernier avait opté pour une procédure d'étude comparative des dossiers, procédure qualifiée de concours de beauté par la presse Anglo Saxonne. Mais les 200 millairds de francs récolté par le gouvernement britannique pour la commercialisation des 5 licences UMTS semblent faire hésiter le gouvernement français. Christian PIERRET, Ministre de l'industrie a ainsi déclaré à l'AFP : "Le gouvernement français trouvera celle des deux solutions qui permet de mieux garantir l'intérêt de la diffusion la plus rapide possible de l'UMTS, et la prise en considération du fait que la norme qui est choisie s'applique à des fréquences qui sont des biens rares, propriété de l'Etat". De son côté, Laurent FABIUS déclare : "Il faut veiller à ce que le choix qui sera fait permette aux opérateurs à la fois une montée en régime et de fournir des bons services", "Et ce qui est important aussi, il ne faut pas que l'attribution de cette troisième génération soit réservée aux grandes entreprises et auxgrandes agglomérations mais que les petites et moyennes entreprises et la totalité du territoire national puisse être desservi". Ces hésitations sont légitimes pour un gouvernement de gauche, soucieux de veiller à l'exploitation de ces nouveaux réseaux sur l'ensemble du territoire. A l'inverse, le déploiement de l'UMTS britannique pourrait être limité aux zones urbaines à forte densité compte tenu des capacités financières limitées d'oprateurs, "ruinés" par la fameuse procédure d'enchères. La France cherche donc sa voie, entre un intérêt financier à court terme estimé à plus de 150 milliards de francs (extrapolation des licences britanniques) et un intérêt à plus long terme, qui permettrait une couverture peut-être plus rapide et plus dense du territoire. Difficile dilemne.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités

scroll top