Vincent FAHMY : Fidelinet, une solution de fidélisation multi enseignes

Par
Le 02 avril 2000
 0

Reprenant la logique des points de fidélisation, Fidelinet propose une solution multi enseignes pour aider les cyber commerçants à conserver plus facilement leurs clients et à mutualiser leur acquisition de clientèle.

Reprenant la logique des points de fidélisation, Fidelinet propose une solution multi enseignes pour aider les cyber commerçants à conserver plus facilement leurs clients et à mutualiser leur acquisition de clientèle.

JB - Monsieur Vincent FAHMY, bonjour, en quelques mots, pourriez vous présenter votre parcours ?

VF - J'ai fait HEC, promotion 1998 et je suis parti travailler chez Goldman Sachs en fusions-acquisitions. J'avais auparavant travaillé sur un programme de fidélisationmulti-enseigne au sein du Boston Consulting Group, ce qui m'a permis d'aller un peu plus vite dans le concept de Fidelinet.

JB - Fidelinet est une solution de points de fidélisation multi-enseigne. Quel est l'intérêt pour le consommateur ?

VF - Le consommateur va pouvoir accumuler des points en temps réel en faisant ses achats sur plusieurs marchands qui représentent l'ensemble de son panier d'achat. Avec ces points il a accès à un catalogue de produits très attractifs et fourni par nos partenaires. Fidelinet récompense ainsi l'expérience d'achat sur internet et augmente la valeur perçue par le consommateur.

JB - Vous avez constitué un réseau de marchands. A combien ces derniers chiffrent ils leur coût d'acquisition et de conservation de clients. A combien comptez vous les faire diminuer avec Fidelinet ?

VF - Le coût d'acquisition des partenaires de Fidelinet ne peut être divulgué. Par contre je peux vous donner le coût moyen d'acquisition en France qui est de l'ordre de 1200 F. Nous pouvons grâce à Fidelinet, et selon le panier moyen des marchands le faire baisser de 10 à 75 F

JB - Comment gagne t'on des points ? Faut-il nécessairement dépenser de l'argent ou envisagez vous des systèmes comparables à AllAdvantage rémunérant le surf ou les recommandations à d'autres internautes ?

VF - Nous privilégions l'achat et les actions à forte valeur ajoutée (inscriptions, dépôt d'annonces ...). Nous ne cherchons pas à avoir des chasseurs de prime, et des membres qui n'apportent rien à nos partenaires à part de la page vue. Notre modèle ne réplique donc en rien celui d'Alladvantage.

JB - Le système de points de fidélisation évoque le systèmes de miles offerts par les compagnies aériennes. Prévoyez vous des accords avec des entreprises de ce type ou n'importe quel marchand hors ligne ?

VF - Nous cherchons bien entendu des partenariats avec des compagnies aériennes, et avec d'autres sociétés de l'offline comme les compagnies pétrolières. L'assistance technique d'Atos est ici un réel atout.

JB - On imagine facilement que chaque marchand refuse de voir des concurrents dans le réseau fidelinet. Votre système ne risque t'il pas de masquer quelle que peu la concurrence ?

VF - Nous réservons l'exclusivité à nos marchands dans leur secteur d'activité. Il n'y aura donc pas de concurrence sur des segments de consommation, mais il peut y avoir des recouvrements sur les produits. Dans le catalogue cadeaux, nous veillerons à ne pas proposer ces recouvrements.

JB - Ne craignez vous pas que le consommateur craigne d'être enfermé dans un système clos et qu'il préfère voire ces primes imputées à une réduction des prix ?

VF - Le consommateur est gagnant. Les prix de nos partenaires ne sont pas forcément amenés à baisser, et le consommateur obtient une valeur supérieure à celle de son achat. Il est récompensé facilement grâce à un catalogue cadeaux proposant des produits consommables avec un faible nombre de points

JB - Comment vous situez vous par rapport à vos concurrents français (Maximiles, Oh Points) ou anglo saxons (Beenz, MyPoint, webMiles, ...)?

VF - Nous sommes très proches des modèles économiques de Webmiles et de Netcentives (Clickrewards) et fonctionnons de la même manière. Netcentives n'a pas l'intention de venir en France autrement qu'en licenciant sa technologie. Nous disposons de celle d'Atos, qui est déjà éprouvée offline, et qui garantit une sécurité totale aux internautes et aux partenaires. De plus elle leur est fournie gratuitement. Webmiles arrive en France de manière agressive. Maximiles, Ohpoints et Fidelinet ont déjà éduqué le marché, ce qui leur rend la tâche beaucoup plus facile. Ils vont arriver en France accompagnés de leurs partenaires allemands et vont la compléter par d'autres.

Mypoints est un programme très "buy-side". C'est à dire que c'est Mypoints qui markete des offres directement aux consommateurs avec des partenaires variés. La logique de club de partenaires est donc effacée. Le modèle économique de mypoints n'est pas basé sur une vente de points mais sur des revenus publicitaires et d'affiliation.

Beenz est une monnaie virtuelle et a une vocation à établir des partenariats avec de très nombreux sites, ce qui n'est pas notre cas. En France, ils ont trois problèmes : La nécessité d'accréditation au CECEI, leur faible générosité et le caractère exclusif d'un programme de fidélisation et d'acquisition

Maximiles et Ohpoints n'étant pas encore véritablement sortis, je ne me prononcerai pas sur leur modèle. Cependant, de ce que j'ai pu voir du Bingo du web développé par Ohpoints, je dirai que leur système s'apparente plus à un Mypoints.

JB - Vos points peuvent ils être comparés à une véritable monnaie privée ? Ne craignez vous pas une réaction hostile des banques centrales ?

VF - Pour éviter cela, les points ne peuvent pas être utilisés chez le marchand. Ils ne peuvent être consommés que sur le catalogue cadeaux de Fidelinet.

JB - Quelle est votre politique de développement pour les 3 prochaines années ?

VF - Faire de Fidelinet un programme de fidélisation et d'acquisition performant pour nos partenaires et aller avec eux à l'international. Nous avons déjà pris pied en Espagne où notre solution séduit de nombreux acteurs. Des développements importants sont aussi en cours dans le B2B et le monde offline. Ils sont encore secrets, mais devraient être dévoilés dans les 3 mois qui viennent.

JB - Monsieur Fahmy, je vous remercie.
Mars 2000, Jérôme BOUTEILLER
Modifié le 18/09/2018 à 14h07

Les dernières actualités

scroll top