Pierre-Frédéric Benoît : BuyCentral, Service de comparaison de prix sur Internet

Jérôme Bouteiller
22 mars 2000 à 00h00
0
En phase avec le boom du commerce éléctronique, BuyCentral, une jeune start-up parisienne a lancé un service de comparaison de prix des biens en vente sur le Web. Son dirigeant, Pierre Frédéric BENOIT a bien voulu nous exposer sa stratégie.

JB - Monsieur Pierre Frédéric BENOIT, bonjour. En quelques mots, pourriez vous présenter votre parcours, celui de vos associés ainsi que celui de votre société?

PFB - Je suis fondateur et PDG de BuyCentral. La société BuyCentral est le pionnier de la comparaison des prix en temps-réel en France. Notre expérience du domaine a été acquise depuis deux ans aux Etats-Unis avec le site BuyCentral.com, que j'ai créé en 1997 alors étudiant à l'ESC Lyon, et qui nous a servi de base pour le site BuyCentral.fr. Ouvert début septembre, il s'agit d'un concept révolutionnaire basé sur une technologie leader aux Etats-Unis. Pour développer ce service en France, j'ai été rejoint par Guillaume Pron et Benjamin Hofnung, tous deux issus de l'ESSEC, et que j'avais connu en classes préparatoires. Pour notre levée de fonds, nous avons eu recours aux services de Defi-Startup, qui ont fait un travail superbe : nous avons levé plusieurs millions en dix jours !

JB - BuyCentral est un service de comparaison de prix s'appuyant sur une technologie dont vous n'êtes pas propriétaire. Pensez-vous que cela représente un risque stratégique ?

PFB - Aucunement, de nombreuses marques du Net reposent sur des technologies sous licence. D'autre part, l'accord qui lie BuyCentral.fr à notre provider de technologie est suffisamment solide, y compris d'un point de vue capitalistique, pour que nous soyons pleinement assuré de ce côté.

JB - Pensez-vous que le prix est l'élément déterminant dans l'achat d'un bien ? Etes vous en mesure de prendre en compte des aspects plus qualitatifs comme le service après vente ou les délais de livraison ?

PFB - Bien sûr que le prix n'est pas le seul déterminant de l'achat, heureusement ! Je suis moi-même acheteur en-ligne depuis plusieurs années, j'utilise à ce titre des outils de comparaison de prix US, mais je m'en sers pour comparer les prestations des magasins : prix, mais aussi produits, "bundles", disponibilité, etc. Pour répondre à la deuxième partie de votre question, nous avons développé un système de recommandation des magasins par les utilisateurs qui tient compte de tous les facteurs dits « qualitatifs », et que nous sommes dès à présent en train de distribuer à des dizaines de magasins en-ligne français.

JB - Votre modèle économique consiste à percevoir des commissions sur les achats effectués au travers de ce site. Disposez vous d'une audience suffisante ? Pensez vous mettre le pied dans le domaine éditorial pour l'augmenter, comme le fait Comparatel.fr ?

PFB - Notre modèle économique est d'être rémunéré au clic, et non pas au pourcentage des ventes. Cela se justifie complètement lorsque l'on apporte des visiteurs de qualité aux magasins en-ligne, ce qui est notre cas. Nous travaillons dès à présent sur des guides d'achat produits qui constituent de l'éditorial et du service à la fois. Je crois cependant que la dispersion est une erreur grave sur le Net, qui peut se révéler mortelle : il faut savoir rester concentré sur son "core business".

JB - Que pensez vous de "Laventis" ou du "Négociateur", deux autres services français de comparaison de prix ?

PFB - Je ne comprends pas vraiment cette question : ces services n'existent pas encore, donc je ne peux pas en dire grand chose, sinon bon courage à leurs créateurs...

JB - Craignez vous la concurrence des gros portails comme ou Voila? Après tout, ces derniers seraient tout à fait légitimes pour se lancer dans une telle activité...

PFB - Je ne dispose pas d'une boule de cristal. Je peux simplement vous parler de l'expérience américaine : aux US les portails qui avaient mis en place ce type d'outils l'ont retiré assez rapidement car cela mettait en danger leurs ressources publicitaires traditionnelles dans le e-commerce, autrement dit les sponsoring exclusifs à plusieurs millions de dollars. Cela dit, des sites comme Voilà ne cachent pas leur intérêt pour ce type de services...

JB - Sans technologie, sans marque connue, sans abonnés et sans flux important. Pensez vous pouvoir vous faire racheter ?

PFB - Je ne vois pas du tout les choses de cette façon. Nous disposons pour l'Europe entière d'une technologie leader aux US, nous préparons un deuxième tour de financement auprès de capitaux-risqueurs, nous avons profité de notre avance pour signer des deals avec de nombreux acteurs de l'Internet en Europe, et enfin nous répondons à un besoin absolument inassouvi des utilisateurs de l'Internet en France ! Je crois que cela fait beaucoup d'atouts pour une start-up ... même si l'inattendu peut survenir à tout moment. Pour ce qui de se faire racheter, ça n'est pas notre objectif pour le moment. On peut se revoir dans un an pour en parler si vous voulez ;-)

JB - Si un "Carrefour Promodes" arrive sur Internet avec ses centrales d'achat et ses prix toujours plus bas. Pensez vous que votre service sera encore pertinent ?

PFB - Vous posez une question qui dépasse le cadre de BuyCentral, et concerne tout le e-commerce français... La Grande Distribution viendra t'elle au Net ? Très vraisemblablement... Quand et comment ? Je ne me risquerais pas à faire des pronostics. Voilà en tout cas un domaine où l'expérience américaine ne nous apprend rien, puisque je vous rappelle qu'au pays du e-commerce et de Wal-Mart la Grande Distribution ne trempe sur le Net que le bout des doigts...

JB - Quelle est la situation financière de BuyCentral ? Pensez vous qu'il vaut mieux gagner de l'argent le plus vite possible ou s'endetter encore quelques années pour acquérir des parts de marché et imposer sa marque ?

PFB - Nous avons réalisé un tour de table financier de plusieurs millions en juin de cette année. Nous préparons dès à présent notre second tour. Il n'est donc pas question d'endettement. Pour vous répondre, néanmoins, je vous dirais que notre business-model, inspiré de celui de notre partenaire américain, est rentable à un an. Toutefois notre stratégie est de communiquer massivement, pour imposer notre marque, comme vous le dites judicieusement. A ce titre nous travaillons avec Saatchi & Saatchi pour la communication.

JB - Selon vous, quel est l'avenir du commerce électronique ? Les enchères collectives (we commerce), les services d'alertes... les services de comparaison de prix ?

PFB - Les jeux sont ouverts : je pense qu'il y aura tous ces services, et bien d'autres encore. En ce qui nous concerne, nous serons très vite présents dans tous ces domaines avec des technologies supérieures en termes de fonctionnalités et de convivialité.

JB - BuyCentral est une start-up du silicon sentier parisien. Appartenez vous à un réseau particulier, même informel, ou restez vous totalement indépendant ?

PFB - Comme toute start-up, nous sommes liés à de nombreux partenaires on- et off-line. Toutefois la firme BuyCentral se positionne comme un acteur indépendant, jusqu'à son entrée en bourse ou son rachat par un partenaire industriel, qui utiliserait notre marque et nos services dans le cadre de sa stratégie globale en Europe.

JB - Monsieur PF BENOIT, je vous remercie.
Entretien réalisé en Octobre 1999 par Jérôme BOUTEILLER
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires
et respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités récentes

2048 : bienvenue à Newropa, où le cyberpunk côtoie la magie
Soldes Forfait mobile : quelle est la meilleure promo cette semaine ?
Biomutant, le RPG édité par THQ Nordic, annonce sa sortie pour le mois de mai
Quelles sont les meilleures barres de son pour vos séances cinéma à la maison ?
OPPO lance ses Soldes avec Reno4 Pro et Reno4 Z à prix cassés
Le Mi Band 6 de Xiaomi fuite et laisse entrevoir ses nouvelles fonctionnalités, dont le GPS
DJI Osmo Action : la caméra sport à prix cassé avec pack de charge offert pour les Soldes
Soldes Cdiscount : un bon smartphone Xiaomi à moins de 150€
Test de la manette sans fil Xbox Series : un gamepad encore en progrès
Soldes : l'aspirateur balai Dreame V11 Mistral en baisse avant la deuxième démarque
Haut de page