Jérémie BERREBI : Net2one.fr, Alertes et recherche sur l'actualité

Par
Le 17 mars 2000
 0

Net2one.fr est une jeune société parisienne disposant d'un solution unique au monde permettant de surveiller l'ensemble de la presse en ligne. Son dirigeant, Jérémie BERREBI, un jeune homme de 21 ans, a bien voulu répondre à nos questions...

Net2one.fr est une jeune société parisienne disposant d'un solution unique au monde permettant de surveiller l'ensemble de la presse en ligne. Son dirigeant, Jérémie BERREBI, un jeune homme de 21 ans, a bien voulu répondre à nos questions...

JB - Monsieur Berrebi, bonjour. En quelques mots, pourriez vous présenter votre société?

JBé - Net2one est une jeune société soutenue par de puissants investisseurs que l'on peut qualifier de "start-up". Nous sommes basés à Paris et notre ambition est de devenir un acteur majeur du "online" mondial (pourquoi se contenter de la France?), notamment en devenant incontournable dans le domaine de la diffusion d'informations.

JB - En quoi consiste votre nouveau service : Net2One?

JBé - Net2One est un nouveau service d'alerte permettant aux internautes de rester informés sur des sujets ou des thèmes précis. Nous attachons beaucoup d'importance à la personnalisation des informations et Net2one permet de recevoir l'information que l'on souhaite en choisissant parmi les titres de l'ensemble de la presse en ligne. A ce jour, nous avons pris en compte les titres de l'ensemble de la presse nationale et une grande partie de la presse régionale et spécialisée.

JB - En quoi votre produit se différencie t'il du "push"?

JBé - Tout ceci reste du Push mais nous ne demandons pas à nos abonnés (gratuits) d'installer un lourd logiciel sur leur machine comme l'ont fait les acteurs défunts du Push (Pointcast par exemple) car ils peuvent recevoir leur information par email par exemple. Nous n'envoyons pas d'articles mais nous ne faisons que signaler l'existence d'un produit ou d'un article. Libre à l'internaute de se rendre sur la page par la suite. De plus, notre technologie nous permet de diffuser ces alertes sur n'importe quel type de support. Qu'il s'agisse d'un ordinateur, d'un agenda de poche ou d'un téléphone portable...

JB - Vous comptez diffusez de l'information sur les appareils mobiles. Ne craignez vous pas la concurrence des opérateurs téléphoniques eux mêmes?

JBé - Les opérateurs téléphoniques sont au contraire assez enthousiastes à l'idée d'utiliser cette technologie car elle leur permet d'accroître l'intérêt de leur support. Nous discutons activement avec l'un d'entre eux en ce moment.

JB - On dit souvent que le "contenu" a un rôle stratégique sur le Net. En devenant aggrégateur, vous souhaitez tirer profit de la situation ?

JBé - Les sites de contenu sont en effet capables d'attirer une audience et ils présentent, à ce titre, un intérêt commercial évident. Net2one permet surtout d'accroître la notoriété d'un site de contenu sans qu'il ait à investir massivement en publicité.

JB - Vous souhaitez diffuser de l'information vers quel type de personnes?

JBé - Tout le monde ! Nous ne souhaitons pas seuleument viser la clientèle des hommes d'affaires férus de technologie. Notre produit est très simple d'emploi et nous comptons le rendre encore plus accessible à tous. L'utilisation de Net2one sur les téléphones mobiles pourra surement rencontrer un grand succès auprès d'une clientèle de non initiés à Internet souhaitant rester informée sur les dernières nouveautés internationales. Nous pensons que tout le monde n'utilisera pas Internet de la même manière et certains auront du mal à en exploiter les ressources. Notre service Net2one (qui, comme son nom l'indique, signifie que le Net est notre source d'information ) pourra même diffuser de l'informations par voie postale ou par fax si le besoin s'en fait sentir. Le seul point important est que toutes nos informations proviendront de l'Internet.

JB - Outre Net2one, vous avez lancé NetWarning. C'est un moyen de mieux cibler les webmasters?

JBé - NetWarning est un autre service que nous avons lancé. Nous avons constaté que de gros sites Web étaient souvent inaccessibles sur le Net pendant plusieurs heures. La plupart du temps, les responsables du site ne s'en ...apercevaient même pas. NetWarning (www.netwarning.com) est un service qui alerte par email lorsqu'un site n'est pas accessible. Il est déjà utilisé par de grands noms tels qu'Allociné, la Société Générale, l'ONU.... Il est destiné aux Webmasters et aux hauts responsables voulant surveiller le travail de leur équipe technique.

JB - Votre objectif, c'est de faire de la publicité sur mesure à partir des profils de consommateurs définis par vos abonnés?

JBé - Notre modèle économique s'appuie sur la publicité ciblée en effet (même si nous travaillons sur d'autres sources de revenus encore confidentielles). Mais il ne s'agit pas d'harceler nos clients avec des spams. Les abonnés Net2one s'abonnent surtout pour recevoir des alertes sur l'actualité ou sur des nouveaux produits (nouveaux livres, Cd, films selon leur profil). Avec le ciblage, nous enverrons des messages publicitaires à l'intérieur même des revues de presse sans que cela gène l'internaute.

JB - Vous faites parti des gens "influents" sur le Net tricolore. Comment vivez vous l'arrivée des gros groupes de communication ces derniers mois et la vague de rachats actuels ?

JBé - La période des pionniers va laisser certainement beaucoup de nostalgiques mais il faut être réaliste. Le Net, en étant un espace de communication est aussi un espace marchand et l'arrivée de gros groupes était inéluctable et nécessaire. Pour ma part, je préfère regarder les choses positivement. L'arrivée d'acteurs majeurs permet de crédibiliser ce nouvel environnement. Il n'y a pas si longtemps, le Web était considéré par l'opinion publique comme un espace pour les pédophiles et les hackers. Désormais, tout le monde s'engouffre dans ce nouvel univers, permettant comme on l'a vu avec Nomade, d'enrichir au passage des jeunes personnes innovantes.

JB - L'avenir d'une start-up comme la vôtre est-il forcément de se faire racheter?

JBé - Aux Etat-Unis, il semblerait que Amazon, E-bay ou 10 soient plutôt des prédateurs que des proies. Pour ma part, je sais que je ne pourrai pas m'appuyer sur leurs capitalisations boursières pour avoir une politique d'acquisition ambitieuse. Le rachat est donc une éventualité qu'il faut prendre en compte. De toutes les manières, une telle opération serait plutôt un couronnement. Contrairement à d'autres secteurs, sur le Net, ce sont les étoiles qui se font racheter, pas les canards boiteux mais pour l'instant, nous ne sommes pas à vendre.

JB - Comment appréhendez vous l'arrivée annoncée d'acteur puissants comme La Poste ou des géants de la distribution?

JBé - Ces acteurs sont des géants et ont certainement les moyens de leurs ambitions. Ils cherchent à rééquilibrer leur portefeuille d'activité en metant un pied dans le "online". L'important, à mon sens, est de bien comprendre le marché avant de dépenser des millions et c'est là où ils auront besoin des startups. Je crois savoir que les prochains mois vont être agités. nous verrons bien ;-)

JB - Monsieur Berrebi, je vous remercie. (Entretien réalisé en juillet 1999 par Jérôme Bouteiller)
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités

scroll top