L'antivirus AOL sous le feu des critiques

18 août 2006 à 11h33
0
00FA000000322727-photo-logo-aol.jpg
AOL traverserait-il une mauvaise passe ? Après la désastreuse mise à disposition d'un fichier contenant des millions d'informations relatives aux recherches effectuées par ses abonnés, le fournisseur d'accès américain se retrouve une nouvelle fois sous le feu des critiques. Il s'agit cette fois de l'antivirus, baptisé « Active Virus Shield » et reposant sur le moteur du logiciel Kaspersky, qu'il propose gratuitement à l'ensemble des internautes (voir AOL : bourde et antivirus Kaspersky gratuit). Comme nous l'avions fait remarquer dès sa sortie, les conditions d'utilisation d'Active Virus Shield prévoient qu'AOL ait le droit d'envoyer à l'adresse email enregistrée lors de l'inscription en ligne des publicités ciblées. De là à parler de spyware, il n'y a qu'un pas que certains ne se sont pas gênés pour franchir.

Les conditions d'utilisation du logiciel autorisent en effet AOL à recueillir des informations sur la façon dont le logiciel est utilisé. Ce dernier, servant à protéger l'internaute des méfaits de la navigation sur Internet, est donc en mesure de fournir à AOL toutes les informations relatives aux habitudes de surf de l'utilisateur. AOL peut ensuite utiliser ces informations pour diffuser ses propres publicités ciblées ou les communiquer à ses affiliés. Tout ceci est clairement mentionné dans les conditions d'utilisation, mais certains estiment qu'AOL ne se comporte pas correctement en n'avertissant pas de façon plus explicite les utilisateurs d'Active Virus Shield.

« Si vous avancez dans l'installation, tout comme n'importe quel utilisateur le ferait, il n'y a pas la plus petite indication quant aux fonctionnalités liées à la publicité ou au recueil d'information », affirme ainsi Eric Howes, directeur de Sunbelt Software, qui commercialise des anti-spywares. A l'heure actuelle, l'utilisation faite par AOL de son logiciel ne serait en rien abusive mais telles qu'elles sont définies, les conditions d'utilisation lui permettraient d'en faire un véritable spyware.

AOL propose par ailleurs une barre d'outils lors de l'installation de son antivirus gratuit. Ici, c'est le logiciel choisi qui pose problème. Il serait en effet reconnu comme un adware par certains antivirus, dont Kaspersky, et comporterait certaines failles de sécurité. AOL aurait en effet repris un logiciel utilisé par un diffuseur d'adware pour le diffuser sous sa marque, ce qui explique que ce dernier soit identifié comme un adware. Bref, l'initiative d'AOL n'a semble-t-il pas fini de lui causer des ennuis...

La firme a indiqué qu'elle modifierait les clauses d'utilisation de son antivirus prochainement. Pour ceux que ces considérations n'auraient pas découragé, on trouve dans la .
Modifié le 18/09/2018 à 15h04
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Windows XP: des patchs dont un pour l'hibernation
  Les Sims 2 : Animaux Et Cie  s'illustre
Quoi de neuf en jeux vidéo ce vendredi ?
eMusic : la musique sans DRM arrive en Europe
  Need For Speed Carbon  dérape en images
Une démo de  Joint Task Force  le 22 août
  Boxing Manager  dévoilé par Anaconda Games
Un nouveau FPS :  Metro 2033 : The Last Refuge
EMI : musique fournie dans le Zune de Microsoft
Dell : bénéfice en baisse de 51% et CPU AMD Athlon
Haut de page