Microsoft se fixe 12 règles de bonne conduite

20 juillet 2006 à 14h11
0
00A0000000334024-photo-brad-smith.jpg
Echaudé par de multiples procès, cible des autorités de la concurrence sur trois continents, régulièrement amené à régler des litiges à grands coups de millions de dollars, Microsoft souhaite montrer au monde entier que les multiples leçons reçues commencent à faire leur effet. C'est Brad Smith, directeur juridique de Microsoft, qui s'est chargé de faire connaitre, lors d'un discours donné à Washington, la nouvelle profession de foi de l'éditeur. Elle passe par douze « principes », ou règles de bonne conduite, qui présideront désormais selon lui au développement de Windows et assureront l'équité de la compétition.

Cette annonce intervient environ une semaine après que la Commission européenne a condamné Microsoft à 280,5 millions d'euros d'amende (voir cette actu), ce qui peut difficilement être considéré comme un hasard du calendrier. L'Europe n'a pas été évoquée par Brad Smith, mais ce dernier a affirmé que ces douze règles de bonne conduite permettront à Microsoft d'aller plus loin que les exigences des autorités de la concurrence américaines. Ces douze principes, accessibles sur cette page (anglais), sont répartis en trois catégories.

La première s'intitule « Choix pour les fabricants d'ordinateur et les consommateurs ». Tous, constructeurs comme utilisateurs, doivent pouvoir ajouter librement les logiciels ou les systèmes de leur choix à une machine équipée de Windows. Les constructeurs sont libres d'ajouter les raccourcis de leur choix vers des logiciels d'éditeurs tiers, ainsi que de proposer des alternatives aux produits Microsoft. On pense notamment au lecteur multimédia, dont la présence forcée dans Windows a valu bien des déboires à l'éditeur. Microsoft s'engage également à ne pas pénaliser les industriels qui utiliseraient d'autres produits que le sien et prône la transparence au niveau des tarifs.

La deuxième catégorie, « occasions pour les développeurs », stipule que Microsoft favorisera autant que faire se peut le travail des développeurs dans ses futurs systèmes d'exploitation, à commencer par Vista, notamment fournissant des API (interfaces de programmation) complètes et documentées. Enfin, la troisième, baptisée « interopérabilité pour les utilisateurs » indique que les protocoles de communication utilisés dans les différentes versions de Windows seront accessibles pour favoriser le développement de l'interopérabilité avec des systèmes tiers. Elle prévoit également l'ouverture sous licence de certains brevets détenus par l'éditeur ou la contribution à la définition de standards.

Microsoft indique que ces règles de conduite pourront être enrichies de nouvelles directives au fur et à mesure des développements futurs. L'initiative mérite d'être saluée, même s'il est impossible de ne pas montrer un certain scepticisme devant ces belles paroles...
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités récentes

PlayStation VR : le modèle PS5 compatible 4K et intégrerait le suivi du mouvement des yeux
Test Xgimi Horizon Pro : un vidéoprojecteur 4K polyvalent offrant une belle image
YouTube teste la traduction des titres des vidéos
TSMC va produire des puces en 5 nm dédiées au minage crypto
ASUS passe aux processeurs Intel de 11ème génération avec ces nouveaux ROG Zephyrus
Apple utilisera ses modems 5G maison à partir de 2023
NieR Automata : un moddeur termine un pack de textures HD après quatre ans de travail
Apple visée par un nouveau recours collectif concernant l'App Store, cette fois au Royaume-Uni
À 27 ans, Vitalik Buterin (Ethereum) devient le plus jeune milliardaire (connu) en crypto
Vous pouvez dicter un texte dans Google Docs grâce à la commande vocale sur Chrome
Haut de page