L’INA met 10 000 heures d’archives en ligne

28 avril 2006 à 10h30
0
012C000000298813-photo-ina.jpg
D'après Emmanuel Hoog, président de l'INA (Institut National de l'Audiovisuel), la question était récurrente : « Quand allez-vous enfin mettre vos archives à disposition du public ?». A ces personnes il peut à présent répondre que c'est chose faite depuis hier, avec 10 000 heures accessibles depuis le site web http://www.ina.fr/.

L'INA est l'établissement public chargé de la conservation du patrimoine audiovisuel national. Ses archives abritent trois millions d'heures d'enregistrements, aussi bien radiophoniques que télévisuels (70 ans de radio, 60 ans de télévision). Les 10 000 heures proposées depuis hier sont le résultat d'un plan de sauvegarde et de numérisation inauguré en avril 1999. Son but : faciliter le stockage des archives et surtout les préserver de la dégradation. Plus de 800 000 heures d'enregistrement, menacées d'obsolescence, doivent faire l'objet d'une sauvegarde d'ici à 2015. Par ailleurs, 5 000 nouvelles heures viendront chaque année s'ajouter aux 10 000 déjà proposées au fur et à mesure de la numérisation des archives.

Parmi les programmes déjà accessibles, citons les 400 heures du procès Papon, toutes les conférences de presse du Général de Gaulle, d'anciens numéros du Masque et la plume de France-Inter et encore des feuilletons et séries comme Les Shadoks, Age tendre et tête de bois... Le contenu est proposé gratuitement, à hauteur de 80%. Le contenu protégé par les droits d'auteurs est également disponible, mais seules les dix premières minutes sont gratuites. Pour télécharger l'intégralité d'une œuvre, il faut ensuite débourser de 1 à 3 euros pour un visionnage dans un délai de 48 heures, et de 1 à 12 euros pour l'acheter à vie et la graver. Une partie de cette somme est reversée aux ayants droit, l'autre réinvestie dans la numérisation des archives.

L'accès à notre passé audiovisuel correspond à plusieurs types de demande : régressive (on veut revoir la télé de quand on était petit), de collectionneurs, de fans et éducative. Jusqu'alors, le site ina.fr accueillait quelques 350 000 visiteurs par mois. Emmanuel Hoog espère à présent atteindre le million. La nouvelle de l'ouverture du site, largement relayée par les chaînes de télévision et la presse quotidienne, devrait sans peine lui permettre d'atteindre ses objectifs. Pour le moment, ceux qui comme nous souhaitent revoir le journal télévisé de leur jour de naissance, ou (comme Julien) chercher leur nom dans le générique du Club Dorothée, devront patienter le temps que l'affluence se calme.

00298814-photo-ina.jpg
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Rejoignez la communauté Clubic S'inscrire

Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.

S'inscrire

Commentaires

Haut de page