PPU, calculs sur la physique et jeux 3D : le point

Vincent
14 avril 2006 à 16h48
0
Piqure de rappel : le PPU, ça sert à quoi ?

00FA000000294336-photo-ageia-physx.jpg
Dans les semaines à venir, un nouveau type de processeur et de carte vont voir le jour : les PPU (Physics Processing Unit). Comme sa désignation le laisse entendre, ce processeur permettra de calculer l'ensemble des éléments liés aux effets physiques dans un jeu 3D. A l'heure actuelle, ces effets sont calculés par le processeur principal des ordinateurs. Les cartes à base de PPU permettront non seulement de décharger le processeur central (qui pourra alors s'occuper davantage d'autres tâches comme l'intelligence artificielle), mais aussi de créer des effets bien plus convaincants (voir notamment les démos technologiques d'Ageia ici).

Lors d'une interview, l'un des responsables d'Ageia a plutôt bien exposé les avantages que pourrait procurer la technologie PPU : « lorsque vous détruisez un bâtiment actuellement dans un jeu, il se brise en 20 morceaux et disparait. Avec l'aide d'un PPU, il pourra éclater en milliers de morceaux. Les débris et les restes du bâtiment resteront affichés ». Mais il sera aussi possible de créer des effets pour simuler de la poussière, de la mitraille, les mouvements des arbres avec le vent et des fluides comme la lave ou l'eau. Les personnages 3D profiteront aussi de mouvements plus réalistes, notamment au niveau des ondulations de leurs vêtements lors de déplacements.

NVIDIA et ATI sont aussi sur « le coup »

A l'heure actuelle, deux écoles s'opposent dans le domaine des calculs liés à la physique. D'un côté, Ageia et ses Processeurs PPU dédiés à ce type de calculs et de l'autre NVIDIA et ATI qui développent leurs propres technologies pour effectuer ces calculs via les Cartes Graphiques (notamment sur les machines dotées de deux cartes 3D).

Les cartes accompagnées du PPU « PhysX » de Ageia seront produites par Asus et BFG. Les deux fabricants devraient effectivement commercialiser leurs cartes respectives à partir du mois de mai aux alentours de 250 - 300$ (200 - 240 euros HT). La production aurait déjà commencé et des cartes PPU de test commencent d'ailleurs à circuler. Seule l'indisponibilité de jeux 3D compatibles PhysX / AGEIA semblent retenir pour le moment la commercialisation de ces cartes. Mais Agiea se veut rassurant et affirme que 60 éditeurs ont déjà prévu de supporter son « PhysX » via plus de 100 jeux, parmi lesquels on peut citer : CellFactor : Combat Training, Bet On Soldier : Blood Of Sahara et Ghost Recon Advanced Warfighter.

Ghost Recon Advanced Warfighter sera disponible à partir du mois prochain sur PC et sera, sans doute, le premier titre disponible à supporter le « PhysX » de AGEIA. Des vidéos comparatives (avec et sans « PhysX ») du jeu sont d'ailleurs déjà proposées sur cette page.

012C000000295546-photo-asus-ppu.jpg
Une carte PPU PhysX signée Asus


Du côté de NVIDIA, on parle d'une technologie « SLI Physics » qui sera supportée par l'ensemble des titres développés avec le moteur « Havok FX ». Derrière cela, se cache surtout un discours marketing de la part NVIDIA, sachant que le moteur « Havok FX » a été développé, depuis le début pour effectuer des calculs physiques via les chips 3D, qu'ils soient signés NVIDIA ou non.

Quant à ATI, le fabricant canadien a annoncé qu'il travaillait sur un projet lié aux calculs physiques via les cartes 3D, sans donner plus de détails pour le moment.

L'avis d'AGEIA à propos des solutions concurrentes

00FA000000279870-photo-ageia-physx.jpg
Interrogé sur les technologies de ses concurrents (NDLR : c'est à dire NVIDIA et ATI), un responsable d'AGEIA a précisé : « les deux géants du chip graphique ne pourront pas 'voler' le coup de tonnerre que va provoquer le PhysX. D'autant plus que notre produit dédié fera un meilleur travail que les chips graphiques 3D ». Il poursuit : « la technologie multicore sur le PhysX a été créée pour effectuer des calculs pour la physique. Les processeurs graphiques peuvent aussi effectuer de nombreux calculs, mais ils sont orientés et conçus pour l'affichage 3D. Leur façon d'effectuer des calculs sur la physique est inefficace ».

Il oublie toutefois de préciser que l'utilisation de cartes 3D pour la physique n'entraîne pas (forcément) un nouvel achat, contrairement au « PhysX ». Très confiant il ajoute cependant « qu'il ne faudra pas attendre très longtemps avant que des Cartes mères haut de gamme avec des chips 'PhysX' intégrés voient le jour ».
Modifié le 20/09/2018 à 14h22
0
0
Partager l'article :

Actualités récentes

Microsoft Forms, l'outil de formulaires interactifs, est maintenant accessible à tous
Nintendo Direct Mini : Cloud gaming, Hyrule Warriors et toutes les annonces à retenir
YouTube revoit les commandes de son lecteur sur mobile
Le prix de la tablette Huawei Mediapad T5 au plus bas chez Boulanger
Les revenus de l'App Store deux fois plus importants que ceux du Google Play Store depuis janvier
Firefox déploie une version test de sa future fonctionnalité d'isolation de sites
Un MacBook Pro 2020 16 pouces s'affiche dans Boot Camp ; le premier Silicon serait-il bientôt là ?!
Harley Davidson présente une première vidéo officielle de son vélo électrique
La caméra Insta360 One X2 met une équipe de tournage dans votre poche
Les iPhone 12 pourraient proposer la charge inversée (surtout pour vos futurs AirPods)
scroll top