Nenad CETKOVIC : "La technologie Affilinet élargit la couverture de nos annonceurs"

Par
Le 22 décembre 2009
 0
Longtemps Directeur de 01net et des portails du groupe Test, Nenad Cetkovic est désormais aux commandes d'Affilinet pour la France et l'Europe du Sud. Dans cet entretien, il revient sur la cession d'Adlink à Hi)Media mais également sur les nouvelles technologies proposées par la plate-forme d'affiliation, visant à élargir la couverture des campagnes publicitaires de ses clients.

JB - Nenad Cetkovic, bonjour. Comment peut on définir le métier d'Affilinet ? L'appellation de plate-forme d'affiliation n'est-elle pas désormais un peu restrictive ?

012c000002692294-photo-nenad-cetkovic.jpg
Nenad Cetkovic
NC - Depuis que nous avons revendu adLink à Hi-media, le groupe a concentré ses activités en France sur Affilinet la plate-forme d'affiliation. Aujourd'hui, nous avons néanmoins tendance à parler de "performance marketing". Notre métier est d'apporter une réponse aux annonceurs souhaitant maîtriser leur coût d'acquisition.

JB - Vous n'avez toutefois pas pour autant abandonné la bannière, pourquoi avoir cédé AdLink ?

NC - AdLink avait de bons résultats mais nous avons estimé qu'il n'avait pas la taille suffisante pour s'imposer sur ce segment. Le rapprochement avec Hi-Media permet à cette activité d'atteindre la taille critique . Nous n'avons pas réellement abandonné la bannière puisque notre actionnaire United Internet est devenu à cette occasion le premier actionnaire d'Hi-Media en échange de cette transaction.

Cela dit, Affilinet - à proprement parler - revient effectivement vers la bannière car de plus en plus d'éditeurs acceptent désormais des modèles économiques à la performance. Et, de plus, nous avons lancé pour adresser ce marché de nouvelles technologies comme le reciblage ou e-reach qui permettent d'accroître significativement les revenus issue de la performance sur ces formats publicitaires.

JB - Comment fonctionnent ces deux offres ?

NC - Une technologie comme e-reach nous permet de mesurer les visites générées suite à la visualisation d'une bannière. Dans le cadre de l'affiliation, ce genre de technologie nous permet d'attribuer les ventes aux supports sans qu'il y ait nécessairement eu de clic mais également de calculer une sorte de eCPM. Ce dernier point nous permet par exemple d'adresser de grands portails web, jusqu'à présent réfractaires à l'affiliation, et ainsi d'élargir la couverture des campagnes de nos annonceurs.

Le reciblage est une technologie qui permet de n'afficher des bannières qu'auprès des internautes ayant au préalable visité le site d'un annonceur. Mais contrairement à des sociétés comme Criteo qui proposent un modèle économique pour l'annonceur au clic, nous sommes pour notre part fidèles à notre modèle de l'affiliation et proposons un reciblage rémunéré à l'achat ou à l'inscription.

JB - Pourriez vous lancer une place de marché publicitaire ?

NC - Non, nous n'irons pas vers ces métiers. Une place de marché est essentiellement un outil de gestion d'un réseau de sites et d'invendus. AffiliNet n'a pas à proprement parler de "réseau" mais pourrait par contre aller utiliser ces outils pour élargir la couverture des campagnes de ses annonceurs. De plus en plus de supports sont prêts à tester le marketing à la performance, sous réserve que notre modèle économique soit traduit en e-CPM.

JB - Ce genre d'outils pourrait il mettre en péril le modèle historique du branding, avec des bannières commercialisées réellement au CPM ?

NC - Nous sommes en période de crise et les annonceurs donnent effectivement la priorité au marketing à la performance. Mais l'internet a déjà connu ce genre de problématique au début de la décennie. La promotion d'une marque reste indispensable et les tarifs du web restent inférieurs à ceux des autres médias. Cela dit, je pense que les éditeurs doivent sans doute promouvoir de nouveaux formats, plus impactants en matière de visibilité.

JB - Affilinet dispose de forte liquidités depuis la cession d'AdLink. Pourriez vous procéder à des acquisitions ?

NC - Notre croissance sera supérieure à celle du marché cette année. Notre priorité est de renforcer nos équipes et d'accélérer le développement de notre offre à l'international. Nous allons investir pour développer nos technologies sur des domaines visant à optimiser les revenus des milliers d'éditeurs qui nous font confiance.

Cela dit, nous restons également attentifs à toutes les opportunités de croissance externes qui pourraient se présenter.

JB - Nenad CETKOVIC, je vous remercie.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités

scroll top