L'UMP multiplie les atteintes au droit d'auteur

Par
Le 17 décembre 2009
 0
012c000002681320-photo-jeunes-pop.jpg
clip jeunes populaires
Faites ce que je dis, pas ce que je fais. Grand défenseur de la loi création & internet (dite "Hadopi"), le parti majoritaire multiplie néanmoins les atteintes au droit d'auteur.

Six mois après une lourde condamnation à 30 000 euros pour l'utilisation sans autorisation d'un titre du groupe MGMT dans un clip de campagne, l'UMP est à nouveau au coeur de deux affaires liées à la propriété intellectuelle.

Après s'être ridiculisés avec un vrai faux "lip dup", les jeunes populaires pourraient verser 30 000 à la chanteuse québécoise Marie-Mai, interprète de la chanson de leur clip. Ces derniers avaient en effet négocié les droits patrimoniaux de la version originale du titre auprès du compositeur Luc Plamendon mais avaient omis de négocier ceux de sa réinterpétation contemporaine, portant ainsi atteinte aux droits moraux de l'artiste canadienne.

Dans un autre registre, l'incontournable Frédéric Lefebvre vient d'être pris en flagrant délit de copie d'un article de Slate.fr, intégralement repris sur le blog du député UMP. "Voir nos articles copiés sur des blogs, ça nous arrive tous les jours. Mais quand c'est sur le blog de Frédéric Lefebvre, ça nous agace plus particulièrement. (...) C'est important de le mettre face à ses contradictions." réagit Johan Hufnagel, rédacteur en chef du site Slate, interrogé par LeMonde.fr.

Deux incidents qui témoignent en tout cas d'un certain amateurisme de la part du Parti présidentiel et qui pourraient nuire au message de fermeté, voulu par le Chef de l'Etat, en matière de droits d'auteur.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités

scroll top