Marc Bidou, Maximiles "La fidélisation reste l'investissement le plus pertinent"

01 juin 2018 à 15h36
0
Pionnier des programmes de fidélisation sur Internet, Maximiles s'est progressivement hissé au rang de leader européen de son secteur tout en développant des activités dans l'emailing et le cashback. Dans cet entretien, son fondateur Marc Bidou revient sur le parcours de son entreprise et ses ambitions dans le marketing en ligne.

JB - Marc Bidou, bonjour. Comment se porte Maximiles pour son 10e anniversaire ?

012C000002428332-photo-marc-bidou-maximiles.jpg
Marc Bidou
MB - Très bien. Avec 6,3 millions de membres en propre pour Maximiles et plus de 4 millions pour les entreprises dont nous gérons les programmes de fidélisation, nous société s'est imposée comme le leader européen de la fidélisation par internet. Maximiles compte désormais plus d'une centaines de collaborateurs avec des implantations dans les principaux pays européens ainsi qu'au Maroc.

JB - Avez vous d'autres projets d'implantations extra européennes ?

MB - Le Maroc est un marché en forte croissance où il existe de nombreuses opportunités pour un spécialiste de la fidélisation. Mais cette opération était assez opportuniste et notre priorité reste de renforcer notre leadership européen. Nous sommes très présents en France ou en Grande-Bretagne mais nous devons consolider notre présence en Italie, en Espagne et surtout en Allemagne. Nous regardons également des pays comme les Pays-Bas en raison de la grande maturité de leurs consommateurs.

JB - Avez vous été affectés par la crise économique ?

MB - Nous avons effectivement constaté une baisse de notre activité mais elle concerne notre métier d'emailing et non notre métier de fidélisation, qui affiche encore une solide croissance de 5 à 7% par an. Les entreprises investissent beaucoup d'argent en acquisition, au point de racheter leurs propres clients mais les taux de fidélisation ne dépassent parfois pas les 10 % ! En temps de crise, la fidélisation reste l'investissement le plus pertinent.

JB - Comptez vous néanmoins renforcer vos activités dans l'acquisition de clients ? Dans les liens sponsorisés ou le reciblage par exemple ?

MB - Nous faisons déjà une forme de reciblage avec nos emailing puisque nous les envoyons à des internautes ayant déjà acheté chez nos clients. Nous n'avons toutefois pas d'ambitions dans les bannières ou les liens sponsorisés. Par contre, nous misons beaucoup sur notre nouvelle activité de cashback : fabuleos.com car ce sont les mêmes savoirs-faire et les mêmes technologies.

JB - Vous reversez d'ailleurs la totalité de votre commission. Comment gagnez vous de l'argent ?

MB - La cash back est encore peu développé en France mais sur des marchés plus matures comme la Grande Bretagne, on compte déjà plus d'une centaine de programmes. Nous nous sommes inspiré de ce marché pour proposer un modèle très agressif, avec effectivement le remboursement de la quasi-totalité de la commission à l'internaute mais le prélèvement d'une sorte d'abonnement annuel de 7 euros par an.

Certains internautes sont d'ailleurs sceptiques et pensent que c'est trop beau pour être vrai ce qui nous impose beaucoup de pédagogie. Mais l'offre séduit et le panier moyen est souvent bien supérieur aux moyennes observées chez d'autres marchands.

JB - Marc Bidou, je vous remercie.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Google indexera bientôt vos documents
Mike Wehrs, MMA -
Dell : l'Europe débloque 14,8 millions d'euros pour l'emploi
Après WebKit, WebGL s'invite chez Firefox
Pascal Mercier rejoint Global Equities
  Chaos Rising  : premier addon  Dawn Of War 2  (MàJ)
Le monde ouvert d'  Operation Flashpoint  en vidéo
Dell rachète Perot Systems pour $3,9 milliards
Vers des Athlon II X3 pour le lancement de Windows 7 ?
Sécurité : une faille majeure corrigée dans Google Apps
Haut de page