MacBook Pro : Apple débride le SATA

24 juin 2009 à 09h16
0
Si la majorité des ordinateurs portables du marché adoptent pour leur disque dur une interface SATA II à 3 Gb/s, les derniers MacBook Pro d'Apple étaient donnés, selon le système d'exploitation, comme des machines dotées d'une interface SATA standard, à 1,5 Gb/s, alors que le chipset MCP79 de NVIDIA utilisé au sein de ces ordinateurs en gère parfaitement la seconde révision.

Face à la surprise exprimée par certains de ses clients, Apple vient de mettre en ligne un correctif destiné aux MacBook Pro commercialisés après juin 2009, permettant de « débrider » cette interface. La firme rappelle toutefois qu'elle n'équipe ses machines que de disques SATA standard - vraisemblablement pour ne pas en grever l'autonomie, et qu'elle ne prend pas officiellement en charge les disques SATA II. Néanmoins, les utilisateurs qui souhaitent utiliser un disque dur rapide auront maintenant la possibilité de tirer pleinement parti des 3 Gb/s permis par cette interface, après installation de la mise à jour 1.7 du firmware des MacBook Pro EFI, disponible via cette page.

0190000002225926-photo-apple-macbook-pro-13-pouces.jpg
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, qualifie le réacteur EPR de
AMD : fleuron de la future cuvée Zen 3, le Ryzen 9 4950X pourrait monter à 4,8 GHz
Depuis 2011, Hadopi c'est 87 000 euros d'amende pour... des dizaines de millions d'euros de subventions !
Donald Trump sanctionné par Twitter et Facebook, pour une vidéo qualifiée de
La capitalisation boursière d'Apple dépasse celle de toutes les entreprises du CAC40 réunies
Projet ATTOL : Airbus fait rouler, décoller et atterrir un avion commercial de façon autonome
La version chinoise de la Tesla Model 3 remporte le prix de la qualité de fabrication
La Chine menace les Etats-Unis en cas de vente forcée de TikTok
Elon Musk envisage la construction d'un Cybertruck plus petit pour l'Europe
Polémique autour du minuscule impôt sur les bénéfices payé par Netflix en France en 2019
scroll top