Talentzapping contre MyMajorCompany, l'ultime "battle"?

01 juin 2018 à 15h36
0
00C8000002028584-photo-talent-zapping.jpg
Dans la jungle des services de promotion des nouveaux talents, le challenger Talentzapping.com ferait-il office de précurseur? Cette plateforme lancée début avril par deux frères, David et Vincent Klingbeil, surfe sur la vague de services tels que Jamendo, MyMajorCompany, Spidart, Zikpot ou encore NoMajorMusik. Principale différence avec ces sites de promotion des talents musicaux, Talentzapping permet à « tout les talents » de se confronter à l'avis du public via un système de défis (battle).

Après les contenus produits par les internautes (User Generated Content), voici les contenus financés par les internautes. Un marché dynamique, en général, basé sur la visibilité et le partage des revenus générés. C'est d'ailleurs sur ce point en général que se fait la différence. Certains de ces services ne proposant que des cadeaux aux fournisseurs de contenus, d'autres allant jusqu'à la prise en charge totale des frais de promotion (clip, campagne, concert...).

00C8000002028586-photo-talent-zap-battle.jpg
La start-up des frères Klingbeil, en développement depuis près d'un an, mise non seulement sur ce modèle, mais apporte des nouveautés peu communes jusqu'à présent. Les internautes peuvent par exemple se défier à travers des « battle », dans des domaines variés, allant de la musique à l'art graphique en passant par la danse, le mannequinat, la photographie, l'écriture ou encore les performances de toutes sortes. En fonction du vote des « zappeurs », exprimé en « applaudissements », « standing ovation » (payant), ou « jet de tomate » (limité), l'artiste prend alors du grade pour passer les stades « d'artiste du dimanche », de « star » ou encore de « mythe », le grade le plus élevé.

Grâce à ces grades, l'artiste va pouvoir augmenter sa visibilité sur le site, réaliser son clip, préparer un concert ou bénéficier d'autres prestations. L'accès a Talentzapping.com est gratuit, la lecture des vidéos aussi, en revanche le téléchargement des œuvres est payant (accessible dans dix jours). Les frères ont ainsi multiplié les sources de revenus. Ils prévoient l'intégration de spots en pré-roll et proposent, par exemple, l'envoi de cadeaux virtuels, le vote par SMS, des bandeaux de messages et toute une panoplie d'outils payants de mise en valeur des talents. Il existe également un mode « premium », à environ cinq euros par mois, donnant accès à divers avantages (page perso, cadeaux...). Résultats? Talentzapping reverse 60% des bénéfices sur les ventes, hors taxes, à l'artiste. Par ailleurs, ce dernier garde l'entière jouissance de ses droits d'auteur.

01C2000002028588-photo-talent-zapping-2.jpg


MAJ : Les frères Klingbeil disent vouloir vérifier leur modèle économique avant de se lancer dans d'éventuelles levées de fonds.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Puces : Nec et Renesas négocient leur rapprochement
Le TF1.fr nouveau mise sur la vidéo et compte bien la monétiser
Jeuxvideo.fr présente : Warpzone - Episode 2 !
Médiamétrie//NetRatings se penche sur les recherches des internautes
Rumeur : qui sont les fournisseurs des composants du futur iPhone ?
Bethesda annulerait la licence  Fallout  d'Interplay
Nokia et Orange travaillent sur une nouvelle messagerie
Des images et une vidéo du  Mars  de Spiders
JumpCut fermera définitivement ses portes en juin
YouTube accouche d'un orchestre symphonique
Haut de page