Les casinos de Las Vegas sur le point d'interdire l'iPhone ?

01 juin 2018 à 15h36
0
000000F001948452-photo-a-blackjack-card-counter.jpg
Alors qu'Apple interdit certaines applications destinées à l'iPhone, comme l'outil de partage de connexion NetShare ou l'ostensiblement inutile I Am Rich, les casinos pourraient bien quant à eux interdire purement et simplement l'utilisation de ce smartphone dans leur enceinte.

Les autorité de Californie ont récemment alerté leur homologue au Nevada, mère patrie de l'empire du jeu d'argent Las Vegas, au sujet d'une application de comptage des cartes disponible depuis quelques temps sur l'App Store. Le comptage des cartes, bien qu'il ne soit pas illégal au Nevada, est un crime s'il est assisté par une machine.

Des applications qui portent bien leur nom, telles Card Counter ou A Blackjack Card Counter, permettent effectivement, en se basant sur des statistiques et des probabilités, d'augmenter fortement ses chances de gagner. Les premières techniques de comptage, mentales à l'époque, ont mené il y a quelques décennies au changement des règles du Blackjack. Cette dernière application est dotée d'un mode furtif qui avertit le joueur par vibration, le rendant ainsi quasiment indétectable par les agents de sécurité des casinos. Les contrevenants encourent une arrestation par la police.

Ces applications ont défrayé la chronique aux États-Unis mais sont pour l'heure toujours disponibles sur l'App Store.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Sedo s’offre un spécialiste américain du parking de noms de domaine
TomTom, en pleine tourmente financière, renonce à lancer un logiciel GPS pour mobiles
Nouveau patch et nouvelle promotion  Team Fortress 2
Insolite : l'Internet serait-il cancérigène ?
Gmail victime d’une panne d’un centre de données européen
ECM : Ingres brise la glace avec Alfresco
La montre-téléphone de LG à £1000 chez Orange UK ?
Pluie d'images sur  Majesty 2 The Fantasy Kingdom Sim
Easydentic (CA +32%) : la biométrie européenne résiste à la crise
Mobinautes américains : gros consommateurs d'applications
Haut de page