Lycos France et Caramail ne seront pas sauvés

Jérôme Bouteiller
02 février 2009 à 15h01
0
00FA000001330996-photo-lycos-night.jpg
Peines perdues. Après deux mois de tractation et des discussions assez avancées avec des fonds d'investissement, les représentants de lycos-france n'ont pas réussi à trouver une solution permettant la poursuite de leurs activités dans l'hexagone.

Structurellement déficitaire, le groupe Lycos a pris la décision fin novembre de son démantèlement et de la fermeture de ses principales filiales en Europe.

En France, la filiale du groupe cherchait néanmoins depuis deux mois à poursuivre les activités de lycos.fr, un portail qui attire encore chaque mois plus de 2 millions de visiteurs uniques, et de Caramail, l'un des premiers webmails francophones.

« La Direction allemande a privilégié d'autres solutions » nous explique avec dépit Jérémie Clévy, qui dirigeait Lycos France et qui cherchait une autre alternative depuis début décembre.

Une triste fin pour un groupe de services en ligne, qui comptait une trentaine de collaborateurs dans l'hexagone et qui devrait éteindre ses serveurs dans une quinzaine de jours.
Modifié le 18/09/2018 à 14h41
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Volvo va brider toutes ses nouvelles voitures à 180 km/h pour lutter contre l'insécurité routière
La NASA vous explique pourquoi la montée des eaux est difficilement perceptible
StopCovid : voici à quoi ressemble l'application, captures d'écran à l'appui
Voiture électrique : un nouveau barème pour le bonus écologique et la prime à la conversion
Les constructeurs tentent l'aventure de la voiture électrique depuis près de 50 ans
À Singapour, une peine de mort prononcée... par ZOOM
Windows 10 : la mise à jour de mai arriverait dans la semaine, mais pas en automatique
Tesla va augmenter le prix de son AutoPilot, Elon Musk explique pourquoi
scroll top