Lycos France et Caramail ne seront pas sauvés

Jérôme Bouteiller
02 février 2009 à 15h01
0
00FA000001330996-photo-lycos-night.jpg
Peines perdues. Après deux mois de tractation et des discussions assez avancées avec des fonds d'investissement, les représentants de lycos-france n'ont pas réussi à trouver une solution permettant la poursuite de leurs activités dans l'hexagone.

Structurellement déficitaire, le groupe Lycos a pris la décision fin novembre de son démantèlement et de la fermeture de ses principales filiales en Europe.

En France, la filiale du groupe cherchait néanmoins depuis deux mois à poursuivre les activités de lycos.fr, un portail qui attire encore chaque mois plus de 2 millions de visiteurs uniques, et de Caramail, l'un des premiers webmails francophones.

« La Direction allemande a privilégié d'autres solutions » nous explique avec dépit Jérémie Clévy, qui dirigeait Lycos France et qui cherchait une autre alternative depuis début décembre.

Une triste fin pour un groupe de services en ligne, qui comptait une trentaine de collaborateurs dans l'hexagone et qui devrait éteindre ses serveurs dans une quinzaine de jours.
Modifié le 18/09/2018 à 14h41
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Linky : pour l'ANFR, les Equipements Radio des compteurs sont sans danger pour la santé
Toyota : 50% des véhicules vendus au premier semestre étaient des hybrides-électriques
La NASA détecte un trou noir très inhabituel qui vient contredire nos théories sur l’univers
Contre-nature ou nécessité absolue ? Un ventirad pour Raspberry Pi fait son apparition
La Russie veut armer ses mini-drones de terrain... et ça ne fait pas vraiment rêver
La France va créer son commandement militaire de l'espace
La Zone 51 envahie ? L'armée américaine pourrait répondre par la force
Streaming vidéo : le coût écologique serait désastreux, selon l'association The Shift Project
Pour ou contre : la Nintendo Switch Lite est-elle (vraiment) une bonne idée ?
Neuralink : Musk annonce que la start-up est prête à tester sa technologie sur des humains
scroll top