Google dévoile Native Client : le web en natif

Par
Le 10 décembre 2008
 0
01812950-photo-google-code-logo.jpg
En ce qui concerne les applications Internet riches, nous connaissons déjà les possibilités offertes par Silverlight, Flash ou Adobe AIR. C'est désormais au tour de Google de rentrer dans la danse avec son Native Client actuellement en cours de développement.

Comment profiter de la puissance du processeur de la machine pour faire tourner des applications web plus rapidement ? Google pose le problème auprès des développeurs en présentant la technologie Native Client qui est disponible pour les architectures X86 et fonctionne pour l'instant sous Mac (Intel), Linux (Ubuntu) et Windows XP avec les navigateurs Firefox, Safari, Opera et Google Chrome. A l'avenir, Google envisage de porter cette technologie sur les processeurs ARM et PowerPC.

Google s'interroge sur les éventuels problèmes liés à la sécurité de cette technologie. En effet, alors que les applications web riches embarquent du Javascript asynchrone afin de procéder à des manipulations d'objets (ex: correction d'une photo), Native Client a pour ambition d'effectuer ces mêmes opérations directement à partir de la puissance de la machine, c'est-à-dire sans communiquer avec les serveurs du service-même.

Sur le blog officiel de Native Client, Brad Chen explique : « avec la possibilité de faire tourner du code natif directement sur la machine de l'utilisateur et de manière fluide, il serait possible d'effectuer ces manipulations d'images à partir du processeur. Il en résulterait une application bien plus réactive en minimisant les latences de transfert de données ».

Toujours en termes de sécurité, l'utilisateur doit aussi être assuré que seules les applications tierces autorisées fonctionnent directement sur la machine. Pour ce faire, sur Linux et Mac OS X, Google utilise la technologie Strace (ptrace) qui permet de surveiller les appels système effectués par le programme. Pour Windows, cette surveillance devrait être mise en place au travers d'une liste blanche.

Du côté d'Adobe, la technologie AIR permet aussi de retrouver l'intéractivité avec un service web directement à partir de l'ordinateur et plusieurs développeurs tel que Ebay ou AOL ont développé leur propre application. Native Client se positionnera-t-il comme un véritable concurrent dans cette stratégie web2OS ou s'agit-il véritablement d'améliorer les performances pour l'utilisateur ?

Native Client n'en est qu'à ses débuts en phase bêta mais peut être avec quelques exemples de prise en main ici.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Les dernières actualités

scroll top