Le marketing mobile peine à décoller

Par
Le 26 novembre 2008
 0
00fa000001790422-photo-mma-academy.jpg
Association réunissant les professionnels français du marketing mobile, la MMA France (mobile-marketing-association France) a organisé ce mercredi sa « mobile marketing academy », destinée à faire le point sur le développement du secteur en France.

Avec l'arrivée de nouveaux terminaux comme l'iPhone, de nouveaux réseaux haut débit mobile et surtout l'introduction de nouveaux forfaits illimités, les professionnels annoncent depuis déjà plusieurs mois le décollage imminent du marché. Mais qu'en est-il ?

« Malgré un taux de pénétration de 87% du mobile et une population de 11 millions de mobinautes, le média mobile est globalement sous-investi et représente une part négligeable dans les investissements publicitaires » explique Dimitri Dautel, directeur de l'agence Havas Digital Mobile.

Malgré son potentiel, son caractère intime et son caractère pluri-média, le mobile peine en effet à séduire les annonceurs. « L'absence d'une réelle mesure d'audience est sans doute un frein au décollage du marché. Les choses pourraient néanmoins changer dès l'année prochaine. comScore vient par exemple de racheter m-Metrics et Médiamétrie, qui édite déjà un observatoire des mobinautes, réfléchit au lancement d'un véritable classement des sites à plus forte audience » indique marc-montaldier, Vide-Président de la MMA.

Estimé à 20 millions d'euros en 2007 contre plus de 2 milliards d'euros bruts pour la publicité sur internet, le marché publicitaire mobile est également difficile à mesurer en valeur. « Quel périmètre mesurons-nous ? la création de site ? la réservation d'un numéro SMS ? la création d'une application Java ? l'achat de bannières ? » s'interroge Dimitri Dautel. « TNS-Secodip a signé avec Orange et Bouygues Telecom et poursuit ses négociations avec SFR. Nous espérons prochainement pouvoir publier les chiffres d'affaires bruts des régies publicitaires mobiles des grands opérateurs qui représentent environ 50% du marché » explique Marc Montaldier.

En attendant que le marché se dote de ces outils permettant de mesurer audience et investissements, les agences marketing mobile continuent en tout cas de vendre des campagnes SMS/MMS, des bannières, des sites mobiles mais également désormais des applications. Un nouveau format, popularisé notamment par Apple avec son AppStore, et qui semble déjà avoir dépassé le marché publicitaire mobile en valeur, préfigurant certainement une nouvelle révolution pour ce petit mais ambitieux « média ».
Modifié le 18/09/2018 à 14h41
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Les dernières actualités

scroll top