Investissements: Microsoft et l'ISAI veulent faire mentir les prévisions IDC

Par
Le 17 novembre 2008
 0
0096000001343952-photo-idc.jpg
Après la révision à la baisse, par le cabinet IDC, des estimations de croissance des dépenses IT mondiales, plusieurs acteurs font leur possible pour empêcher la crise de freiner les investissements des entreprises.

00c8000001772396-photo-microsoft.jpg
Ainsi Microsoft devrait proposer, du 19 novembre au 20 mars prochain, une offre de financement à 0% pour ses nouveaux clients ERP (progiciel de gestion intégré) et CRM (progiciel de relation client). Le groupe prévoirait d'étaler les paiements sur 36 mois sans frais pour tout achat entre 15.500 et 775.000 euros. « En temps de crise en particulier, une bonne utilisation des systèmes d'information peut aider les entreprises à rester performantes. Microsoft voit cette crise comme une opportunité de changement pour les PME, mais aussi un frein à l'investissement », reconnaît Caroline Keene, directrice marketing solutions Microsoft Dynamics France. Si cette offre de financement est commune à douze pays, Microsoft France n'exclurait pas de proposer d'autres solutions de financement pour d'autres de ses produits.

0096000001772400-photo-isai.jpg
Parallèlement à cette annonce de Microsoft, six entrepreneurs français viennent de s'associer afin de créer un fonds d'investissement pour soutenir les start-up françaises. Orianne Garcia, Pierre Kosciusko-Morizet, Tariq Krim, Ouriel Ohayon, Geoffroy Roux de Bezieux et Stéphane Treppoz comptent, avec ISAI (International Society of Angel Investors, « financer des projets du secteur Internet et mobile essentiellement sélectionnés au stade de la création ou de l'amorçage ». Les montants investis pourraient atteindre entre 500.000 et 1,5 million d'euros.

Deux initiatives qui reflètent un relatif dynamisme du secteur malgré que les dépenses en high-tech sur l'ensemble de la planète ne devraient progresser que de 2,6% en 2009 (contre 5,9% initialement prévus), selon IDC. Ce qui n'a pas empêché l'institut de pronostiquer une croissance de presque 6% en 2012, après une perte globale du secteur qui pourrait approcher les 300 milliards de dollars sur trois ans.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités

scroll top