Test informatique : Smartesting lève 4,8 millions d’euros

14 novembre 2008 à 10h33
0
01767018-photo-smartesting.jpg
Jamais deux sans trois. Après une premier levée de fonds d'un million d'euros en 2004 puis une seconde opération de 2 millions d'euros en 2005, la société Smartesting annonce une troisième levée de fonds, d'un montant de 4,8 millions d'euros, auprès des fonds d'investissement i-source-gestion et Siparex.

« Nous sommes heureux que nos investisseurs historiques nous renouvellent leur confiance et confortent ainsi notre stratégie de développement. Nous sommes persuadés que, dans la conjoncture actuelle, notre solution, qui permet aux grands comptes et aux intégrateurs de rationaliser leurs processus de tests logiciels et donc de gagner en productivité, dispose d'un potentiel de développement majeur, en France comme à l'international », déclare Laurent Py, co-fondateur et PDG de Smartesting.

Essaimage des laboratoires du CNRS et de l'INRIA, Smartesting (ex LEIRIOS) est un éditeur spécialisé dans la génération automatique de tests permettant d'améliorer la qualité, la prédictibilité et la productivité des applications informatiques. Avec plus de 30 collaborateurs répartis entre Paris, Besançon, Amsterdam et.. Bangalore (Inde), la socété revendique de nombreux clients comme BNP Paribas ou la SNCF.
Modifié le 18/09/2018 à 14h41
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités récentes

Amazon annule son MMO sur Le Seigneur des Anneaux
Comparatif des meilleures chaises de bureau ergonomiques (2021)
Test Sony Bravia XR-55A90J : le téléviseur OLED qui en met plein la vue
Quel est le meilleur service de SVoD pour regarder votre film ou série du samedi soir ?
Resizable BAR : le point sur la technologie, les performances chez NVIDIA
D’ici fin 2021, on pourra utiliser Starlink en mobilité (avec une grosse antenne quand même)
Quel est le coût d’entretien d’une voiture électrique ?
Comparatif des meilleurs smartphones à - 300€ (2021)
Test ASUS ROG Flow X13 : quand RTX 3080 en perfusion rime avec frustration
Google : le FLoC ne fait pas l'unanimité chez Microsoft et Opera
Haut de page