Universal fait un pas de plus vers le sans DRM

01 juin 2018 à 15h36
0
00DC000001585100-photo-logo-universal-marg.jpg
Alors que le Sénat entamera aujourd'hui l'examen du projet de loi « Création et Internet », la maison de disques Universal prend les devants, et évoque, via le Figaro, son intention d'abandonner les mesures techniques de protection qui pourraient se révéler bloquantes pour l'utilisateur final. Dans le cadre des accords de l'Elysée, signés en novembre 2007, les producteurs et maisons de disque avaient pris l'engagement d'abandonner ces verrous anti-copie au plus tard un an après le passage de la loi. Tous, ou presque, ont déjà entamé la levée partielle des DRM, comme Universal qui en septembre dernier annonçait la distribution de son catalogue au format MP3 sur la plateforme anglaise 7digital.

Jusqu'ici limité à certains accords commerciaux, le sans DRM pourrait donc devenir la règle dans un avenir proche chez Universal. « Nous allons mener plusieurs expérimentations d'ici à la fin de l'année pour tester l'impact d'une telle mesure et voir si l'absence de verrous fait grimper le nombre de téléchargements », a déclaré Pascal Nègre au Figaro.

« Si le consommateur, sensibilisé par la loi, arrête de pirater, nous n'aurons plus besoin de protéger nos œuvres. Le choix ne se fera plus entre le payant et le gratuit mais entre le payant et le risqué », explique le PDG d'Universal France. « Après ces tests et si la loi est votée, il y aura une généralisation à l'ensemble du catalogue et des plates-formes », confie-t-il encore, sans aller jusqu'à expliquer quelle serait la stratégie du numéro un des majors en cas d'échec.

La chose n'est pas précisée, mais il parait plausible que « l'abandon des DRM » soit à entendre comme la suppression des verrous numériques sur les fichiers audio achetés à l'unité sur les plateformes de vente en ligne. Le principe de DRM (Digital Right Management), qui correspond donc à la « gestion de droits numériques » et non forcément à de simples verrous, devrait quant à lui perdurer pour les services de type abonnement, au sein desquels il est prévu que l'internaute perde accès à la musique téléchargée lorsqu'il cesse de payer.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Deux superbes vidéos pour la bêta de  Aion
GPS : le logiciel de navigation Destinator devient compatible Symbian
JVC stoppe la production des boitiers VHS simples
  Saints Row 2  PC : 5 janvier ou 2 février ?
Test de Mobile Navigator 7 (Navigon 7) pour PDA
R&D : un pas de GEANT est franchi vers le Pakistan
  Global Crisis  : une extension pour  Supreme Ruler 2020
Dassault Systèmes relève son objectif 2008 de résultat net par action
Angleterre : T-Mobile casse les prix de son smartphone G1 sous Android
Haut de page