Collaboratif: la téléprésence contre les voyages d'affaires

01 juin 2018 à 15h36
0
0096000001706648-photo-telepresence-cisco.jpg
Raréfaction des ressources oblige, la téléprésence (TP) gagne du terrain. Souvent présentée comme une alternative aux voyages d'affaires, gros émetteurs de CO2, et permettant une amélioration de la productivité, cette technologie, ouvre sur l'imposant marché du travail collaboratif à distance. La profusion des offres nouvellement proposées en témoigne. Le cabinet Frost & Sullivan estime que ce marché dépassera 1,4 milliard de dollars de chiffre d'affaires en 2013 contre moins de 200 millions de dollars aujourd'hui.

Alors que le groupe américain d'informatique Hewlett Packard (HP) vient de s'allier au spécialiste de la visioconférence (VC) Tandberg et que, parallèlement, l'équipementier indien Tata Communications annonce ouvrir une première salle de TelePrésence Cisco à destination du grand public, le Fond mondial pour la nature (WWF) rend les résultats de son étude « Telepresence: the environmental and business benefits ». Ces résultats sont sans appel: « Si toutes les entreprises européennes remplaçaient 20% de leurs voyages d'affaires par de la TP/VC, 22 millions de tonnes de CO2 seraient économisées chaque année ». L'Association internationale du transport aérien (Iata) confirme, elle-même, que le trafic aérien est responsable d'au moins 12% des émissions mondiales de CO2.

00AA000001706748-photo-l-amour-en-avion.jpg
Selon le WWF, ce constat est également partagé par plus de 70% des PDG interrogés qui estiment que la VC est un moyen de réduire les coûts induits par les émissions de CO2, tout en améliorant la productivité. Et pour cause, selon la société financière Morgan Stanley, le coût total des voyages d'affaires aurait augmenté de 40% en 2008.
Certains comme le groupe d'investissement Man n'hésitent pas à quantifier les bénéfices obtenus par la mise en place de la TP. Le montant des économies réalisées par la firme atteindrait un million de dollars par an et plus de 600 tonnes de CO2. D'autres comme l'ex-opérateur historique britannique BT estiment à 100 millions de livres le montant de ces économies. Pour 860.000 rendez-vous face à face en moins, BT aurait économisé 97.000 tonnes de CO2 et obtenu près de 100 autres millions £ en gains de productivité. HP à déjà fait son choix: la firme à, pour sa part, réduit ses voyages d'affaires de 43%. Tandis que chez l'équipementier réseau Cisco, les 250 salles de TelePresence permettraient déjà d'économiser l'équivalent de 20 millions de tonnes de CO2 par an. « Selon nos calculs, le retour sur investissement se fait entre 9 et 24 mois, car ce type d'équipements permet d'éviter de nombreux voyages ce qui permet une économie de temps, d'argent ou de fatigue, sans compter l'impact positif sur l'environnement », expliquait en juin dernier Jean-Pascal Goninet, Directeur Solutions & Technologies chez Cisco France.

Au niveau des offres, c'est principalement Cisco qui tient le haut du pavé. Mais, depuis les premiers pas en 1990 de l'Ontario Telepresence Project ou de la firme Teleport en 1993 (devenu TeleSuite), nombre d'acteurs se sont attaqués à ce pan juteux du marché du travail collaboratif à distance. Initié par Cisco et HP dès les années 2000, l'intérêt pour la visioconférence s'est peu à peu amplifié. Mais les techniques n'étant pas mures, il a fallu attendre la naissance du Telepresence Forum et du Telepresence Club en 2007, pour venté les mérites de la TP (NDLR: bien plus réaliste en terme d'expérience sensitive) auprès de multinationales tel que Polycom, Nortel et Tandberg. Désormais, les prix s'échelonnent entre quelques milliers d'euros pour une solution d'entrée de gamme à plusieurs centaines de milliers d'euros pour la CTS 3200 de Cisco, équipée pour 18 personnes avec écran, fauteuils, habillement et haute définition.

00FA000001706638-photo-telepresence-room-hp.jpg
Salle de téléprésence HP
C'est dans cette continuité qu'HP vient d'entériner un accord Tandberg pour proposer son HP Halo Video Collaboration Service au sein de l'offre commune Tandberg Total Telepresence offerings, en début d'année prochaine. Mais aussi que l'équipementier indien Tata Communications annonce la construiction par Cisco d'une centaine de salles de Téléprésence partout dans le monde. Après la première en Inde en juillet, c'est désormais au tour de New York, du Royaume-Uni, de Boston et, plus tard cette année, d'Hyderabad et Gurgaon (Inde) d'être équipé; en complément de celles déjà existantes à Mumbai, Bangalore et Chennai en Inde. « Ces salles publiques de TelePresence Cisco rejoignent un écosystème fort de 300 salles internes à Cisco et mille autres installées par nos 200 clients dans 60 pays à travers le monde », précise Wim Elfrink, Vice-président mondialisation chez Cisco. Mais il y en a d'autres, comme LifeSize par exemple, qui vient de lever le voile sur sa nouvelle génération de produits de téléprésence et de vidéocommunications en haute définition.

Reste quelques inconvénients majeurs à ce type de technologie: En premier lieu, la mise en place d'un tel système nécessite une étude approfondie des besoins de l'entreprise, de ses capacités à la fois informatiques (écrans, caméras, système audio, bande passante) et logistique (mobilier, grand espace physique). A l'heure où l'immobilier n'est pas à la portée de toutes les bourses, les solutions de visioconférence hébergée apparaissent comme une alternative. « Les services de conciergerie apportent une assistance en termes d'utilisation des outils et jusqu'à la programmation de conférences, ainsi que plusieurs niveaux d'assistance sur les modes de réservation des sessions » expliquait, il y a peu, François Messager, un responsable des solutions de mobilité et de travail collaboratif chez NextiraOne. Reste à savoir quelle est la nature des relations entretenues à travers ces outils. La téléprésence pourrait-elle minimiser l'importance des connaissances de terrain?

MAJ: Pour l'anniversaire du Grenelle de l'environnement, le magazine Terra Economica a estimé la « facture écologique du président de la République ». Pour ses seuls voyages officiels, Nicolas Sarkozy aurait émis 7.061 tonnes de CO2 en onze mois, soit autant que les émissions annuelles de mille Français.

01C2000001706640-photo-telepresence-room-cisco.jpg
Salle de téléprésence Cisco
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Yahoo aurait cherché à racheter Skyrock.com
Deezer s'invite finalement en version iPhone sur l'App Store
Le mode Campagne de  Empire : Total War  en vidéo
Christophe Romei : «Le mobile chinois passera par le net, la télévision et les paiements»
Les 50 meilleurs programmes gratuits pour iPhone
Yahoo aurait cherché à racheter Skyrock.com
Appli Store : SFR va lancer son kiosque de téléchargements de programmes
Création & Internet : le Sénat apporte 50 amendements
[Vidéo] SFR lancera le smartphone Blackberry Storm à la fin novembre
SFR : Eee PC 901 3G, M! PC Pocket et Archos 5 3G avec forfaits mobiles illimités
Haut de page