SFR / Neuf Cegetel : l'UFC conteste la fusion

Par
Le 07 juillet 2008
 0
00fa000000503991-photo-logo-ufc-que-choisir.jpg
Alors que l'opération est déjà bien entamée, l'association de consommateurs UFC-Que-Choisir vient de déposer un recours devant le Conseil d'État pour s'opposer à l'acquisition du fournisseur d'accès Neuf Cegetel par l'opérateur SFR, filiale de Vivendi. L'UFC craint, entre autres, l'émergence d'un duopole avec l'opérateur concurrent, France Telecom-Orange.

Accordée le 15 avril par Bercy, cette acquisition devrait permettre à l'opérateur mobile de devenir le deuxième fournisseur d'accès Internet de France derrière Orange. SFR deviendrait surtout un véritable opérateur intégré, proposant une offre convergente quadri-play avec l'Internet haut débit, la téléphonie fixe, l'IPTV et la téléphonie mobile. Au total SFR plus Neuf Cegetel compterait ainsi 3,7 millions de clients ADSL et 18,1 millions de clients mobiles. Mais pour l'UFC, ce rapprochement créerait une situation de duopole, dans les télécoms, entre d'une part, France Télécom-Orange et d'autre part, Vivendi avec ses filiales Canal+, SFR et Neuf Cegetel. Le plaignant reproche aussi à Bercy de ne pas avoir tenu compte des nouveaux marchés de la TV sur mobile et de la fibre optique. De plus, la présence du Britannique Vodafone dans le capital de SFR aurait justifié que l'opération soit examinée à Bruxelles et non à Paris, estime l'UFC.

00c8000001402762-photo-sfr.jpg
Le groupe de Frank Esser (Vivendi), via sa filiale SFR, détient pourtant désormais près de 97% du fournisseur d'accès Internet Neuf Cegetel, soit 204.122.542 titres. Après l'annonce, le 15 avril, de sa participation au capital de Neuf à hauteur de 68%, SFR s'est en effet emparé des quelques 21,87% restants à 35,90 euros par action, via une opération publique d'achat (OPA) ouverte du 19 mai 2008 au 13 juin 2008. Les titres Neuf Cegetel encore en circulation ont d'ailleurs fait l'objet d'un retrait obligatoire.

Pourtant, les juges du Palais Royal ont toujours la possibilité de suspendre l'intégration des deux sociétés, ou de demander l'avis du Conseil de la concurrence.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Les dernières actualités

scroll top