Catch-up TV : le CNC dresse un bilan 2012 positif

01 juin 2018 à 15h36
0
Le Centre national de la cinématographie a dressé le bilan de l'activité du secteur de la vidéo en France. Dans son rapport portant sur l'année passée, l'organisme porte particulièrement son regard sur les activités de télévision de rattrapage (Catch-up TV ou Replay) et se félicite du développement de ces outils.

Le CNC a consacré un large dossier au marché de la vidéo en France. Dans son étude, l'organisme indique que le développement de l'offre de télévision de rattrapage se poursuit. Ainsi, « en février 2013, plus de 60 services sont disponibles sur l'écran de télévision » même si « l'offre demeure inégale selon les supports ». En la matière, les chaînes de télévision ainsi que les FAI ont continué d'étoffer leurs offres (MyTF1, M6 Replay, Pluzz, etc...), ces dernières pouvant alors se combiner à d'autres services réservés aux abonnés des chaînes en option (Canal+ à la demande). « Free propose l'offre de TVR la plus large », précise le CNC.

Si les services se développent sur les télévisions connectées, le CNC note que l'accroissement des outils sur mobiles peut se faire de manière inégale. Ainsi, il explique que « le nombre d'applications permettant de voir des programmes à la demande est plus important sur iOS alors qu'Android équipe un plus grand nombre d'utilisateurs. M6 replay est notamment absent de la plate-forme Android. Parmi les nouvelles chaînes de la TNT HD, trois chaînes proposent une application intégrant une offre de TVR sur iOS, contre une seule chaîne sur Android. L'accès à la télévision de rattrapage sur mobile bute également sur des problèmes de compatibilité, selon les versions des logiciels, selon les technologies utilisées et selon les terminaux ».

01A4000005786300-photo-cnc.jpg

Toujours est-il qu'en novembre dernier, l'organisme note que 59 % des programmes diffusés entre 17 h et minuit sur les chaînes historiques et de la TNT étaient disponibles en télévision de rattrapage sur Internet. « L'offre de TVR progresse de 25,3% par rapport à 2011 », explique-t-il. Un apport plutôt « vif » puisque les offres de flux (divertissement, Information, magazine) progressent de 27,2% contre 13% pour les programmes de stock. L'ensemble de ces contenus étant alors consultable pendant 30 jours dans 99,1% des cas.

Quant à l'écran utilisé en priorité par les utilisateurs, si l'ordinateur arrive certes encore en tête (58,3%), sa part diminue considérablement (71% en 2011) par rapport aux autres modes de consultation. Désormais, l'écran de télévision génère 28,5% de la consommation totale et les téléphones mobiles et les tablettes représentent 13,2 % des vidéos vues en 2012, contre 5,6 % en 2011.

Reste à établir le bon modèle économique pour ce type de service. Si la publicité reste le nerf de la guerre, représentant 45 millions d'euros en 2012 pour la télévision de rattrapage (contre 30 millions de 2011), d'autres solutions sont envisagées. C'est le cas notamment de Free qui propose depuis plusieurs années de faire payer ses abonnés en cas de congestion du réseau. L'option Pass Prioritaire (à 0,99 euro la soirée ou 3,99 euros par mois) propose alors un accès privilégié à ces contenus entre 19 et 22h, horaire pendant laquelle ce type de service est le plus régulièrement consulté.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Le Nexus 5 de LG en fuite sur le Web ?
Dell XPS 18 : un tout-en-un convertible en tablette
Info US de la nuit : un hacker condamné, Facebook au Canada, Google Maps en altitude
Samsung annonce son nouveau Chromebook
Babble : la prochaine messagerie unifiée de Google ?
Start-up : mieux que la Silicon Valley, les eaux internationales
ThinkPad T431s : l'Ultrabook professionnel de Lenovo modernisé (màj)
Jack Dorsey (Twitter) se verrait bien en maire de New-York
Google Drive lent ou inaccessible : Google mène l'enquête
Bientôt des armes à feu imprimées en 3D et vendues aux USA
Haut de page