Mihai Crasneanu, GreyJuice : "Appliquer une logique Internet à la télévision en ligne"

09 octobre 2012 à 09h37
0
Le Mipcom 2012 a ouvert ses portes ce lundi. Un rassemblement des professionnels de la télévision qui évoque sous certains aspects, la vidéo à la demande et les offres proposées sur Internet. Pour autant, selon l'éditeur GreyJuice, les plateformes actuelles souffrent d'un manque en matière de dynamisme. Son p-dg, Mihai Crasneanu, invite les éditeurs à mieux prendre en compte la dimension sociale du Web.

Quel est votre sentiment sur le marché de la vidéo à la demande ?

00FA000005451333-photo-mihai-crasneanu-greyjuice.jpg
Mihai Crasneanu : Le modèle à la demande soulève une problématique, celui de l'acquisition des droits. Acheter un catalogue d'œuvres peut prendre du temps et il faut pouvoir proposer le bon format, le bon encodage, que le fichier ne soit pas trop lourd, prendre en compte les métadonnées... c'est un processus lourd à mettre en place. Mais ce que l'on voit en définitive, c'est que la plupart des offres sont similaires et si je me place du point de vue du consommateur, je me rends compte que l'offre évolue peu au jour le jour, cela ne va pas.

Vous pensez donc qu'il est impossible de concilier des contenus récents et un catalogue fourni d'œuvres ?

M.C : Tout ce qui est rare est cher. Les contenus de valeur coutent donc à ceux qui désirent les proposer à leurs clients. Mais la question n'est désormais plus là, tout le monde consomme en mode délinéarisé (sans respecter une grille de programmes définie) et l'enjeu est de proposer une offre attractive et capable de séduire. En France, le problème vient du fait que ceux qui proposent des plateformes de VoD ne savent pas comment il faut promouvoir leurs contenus. Ils pensent que passer leur boutique en ligne « de 10 000 m² à 50 000 m² » est une bonne manière de faire progresser leur audience.

Mais les interfaces sont mauvaises, je veux dire par là qu'elles sont statiques. Il est, à mon sens, nécessaire de mettre en place des programmations fréquentes, de mieux contextualiser les contenus et de faire autre chose qui ne ressemble pas au Web de 1997.

Comment rendre ces plateformes plus dynamiques ?

M.C : Nous développons actuellement des outils qui permettent d'intégrer les flux au sein de notre interface. L'objectif est ainsi de proposer un nouveau moteur basé sur ces réseaux sociaux avec des écrits en temps réel mais aussi des ajouts d'extraits ou bien encore des images. Avant de consulter un programme, il sera donc possible de lire l'ensemble des informations sur une œuvre donnée. La grosse partie du travail est faite et cette nouvelle plateforme sera très prochainement disponible.

Mais il est important de comprendre que les éditeurs grattent seulement à la surface de ce qu'il est possible de faire. L'objectif étant finalement de relinéariser les contenus à la demande qui ne doivent pas rester à l'état de surgelés.

En France, la chronologie des médias impose des obligations aux diffuseurs en ligne. Cette règle représente-t-elle une barrière au développement d'offres à la demande ?

M.C : Encore une fois, les freins ne se trouvent pas forcément à ce niveau. A Paris, lorsqu'un cinéma de quartier fait une rétrospective d'un auteur, c'est un carton et les salles sont pleines. C'est donc une question de programmation et plutôt un souci d'appliquer une logique Internet à la VoD plutôt qu'une logique propre à la télévision.

Cela ne passe pas non plus par une augmentation des prix. Pour GreyJuice par exemple, nous proposons certes une offre clé en main mais nous prenons ensuite un pourcentage sur les ventes de contenus.

Est-ce pour cela que votre activité s'est développée très majoritairement en Asie du sud-est et au Moyen-Orient ?

M.C : Nous avons été pionniers dans ce domaine. J'ai créé Glowria (depuis propriété de Videofutur) qui a permis de mettre en place un service de vidéo à la demande pour Neuf-Cegetel mais le marché est compliqué. Nous sommes désormais, avec GreyJuice, présents à l'international dans des régions où le marché est plus ouvert et les choses plus faciles à gérer.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

L'énergie renouvelable est la principale source d'électricité au Royaume-Uni
Journée de la communauté Clubic.com : c'était samedi, c'était comment ?
Le géant de la réservation hôtelière Booking quitte lui aussi le navire Libra
Fortnite avalé par un trou noir... en pause avant un nouveau chapitre ?
M6 victime d'une cyberattaque affectant l'ensemble des employés du groupe
Le Vatican va lancer un chapelet connecté !
Blizzard allège la peine infligée au joueur ayant soutenu les manifestations de Hong Kong
Un important site de contenus pédophiles tombe : 300 arrestations dans 38 pays
Linky : une étude de l'ANFR ne relève aucune exposition anormale aux ondes radioélectriques
Le Conseil constitutionnel confirme que l'huile de palme n'est pas un biocarburant

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top