SFR est rappelé à l’ordre sur la publicité de sa couverture réseau 4G

01 juin 2018 à 15h36
0
L'Arcep devrait à nouveau critiquer ouvertement la publicité faite par un opérateur autour de ses propres services. Après Free fin 2013 au sujet de la fibre, c'est au tour de SFR d'être pointé du doigt par le régulateur des Télécoms.

00AA000007244928-photo-nouveau-logo-de-sfr-en-2014.jpg
Une nouvelle fois, la communication faite par les opérateurs de téléphonie mobile et FAI est pointée du doigt. L'Arcep a mené une enquête de terrain afin de vérifier la véracité des propos avancés par ces sociétés et va livrer ses conclusions dans la semaine. Selon Les Echos, le régulateur des Télécoms a demandé en particulier à SFR de modifier sa carte de couverture publiée sur son site Web.

L'opérateur aurait exagéré sa carte de couverture réseau 4G en présentant aux internautes un document qui ne serait pas conforme à ses capacités réelles. La carte a désormais été corrigée mais l'Arcep devrait tout de même mettre à l'index SFR pour avoir pu induire en erreur le public.

Si SFR déploie toujours son réseau 4G, il reste tenu d'afficher des informations claires à l'attention de ses clients. A ce jour, l'opérateur déclare par exemple disposer de 1 774 supports 4G sur l'ensemble de la France lorsqu'Orange et Bouygues en affichent respectivement 6 505 et 6 105 (Free Mobile est à 1 411 au dernier pointage du 1er juillet).



Cet « incident » n'est pas le premier du genre. Fin 2013, l'Arcep pointait du doigt la communication de Free, cette fois-ci au sujet de son offre de fibre optique. L'opérateur précisait que : « chaque abonné fibre éligible bénéficie d'un débit dédié d'1 Gbit/s en réception (et 200 Mbit/s en émission). En effet, Free a déployé un réseau FTTH (Fiber To The Home) sur une technologie point à point permettant d'offrir des débits très élevés et dédiés à chaque abonné, facilement évolutifs ».

A ces mots, l'Arcep avait souligné le « caractère partiel de l'information donnée aux utilisateurs [...] En effet, le service offert aux utilisateurs est tributaire non seulement du dimensionnement du réseau d'accès sur lequel Free communique aujourd'hui, mais dépend aussi du dimensionnement de l'ensemble de son infrastructure (collecte, interconnexion...) ».

Le régulateur avait donc demandé à ce que Free revoie sa communication, cette dernière n'étant pas « techniquement correcte », rappelait récemment l'Arcep lors de la publication de son bilan annuel. L'autorité se borne d'ailleurs à ne scruter la publicité des opérateurs que sous l'angle de leurs obligations (couverture réseau, débits, qualité de service...). Son pouvoir de sanction s'arrête ainsi là où celui de l'ARPP, l'autorité de régulation professionnelle de la publicité, prend le sien.

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

USA : il accuse Google Maps d'être à l'origine de la fermeture de son restaurant
Cegedim écope de 5,7 millions d'euros pour refus de vente de base de données
La Commission européenne opte pour le benchmark PCMark
Apple brade son iPhone 5 sur eBay, à 449 dollars
Cartographie : Yahoo développe un algorithme pour identifier les plus belles routes
Ice Phone Twist : un smartphone 4 pouces à 100 euros
LG KizON : un bracelet connecté pour suivre les enfants à la trace
Flash Player : Adobe comble une faille critique sur Windows, Mac et Linux
Virgin Mobile brade son nouveau forfait Idol 7 Go
Infos US de la nuit : un écran impossible à rayer pour l'iPhone 6, Samsung Intel et Dell s’associent
Haut de page