Orange : retour sur les nouveaux forfaits Origami

05 avril 2013 à 16h22
0
Mercredi soir, Orange a partiellement dévoilé les offres Origami qu'il a lancées le lendemain, c'est-à-dire hier. La publication des fiches d'information standardisée est l'occasion de refaire le point.

00BE000002486902-photo-logo-orange.jpg

Généralités

Orange a profité de ce nouveau renouvellement pour simplifier encore un peu plus sa gamme Origami, qui comporte désormais plusieurs vérités générales, valables du premier prix au très haut de gamme.

La nouveauté la plus marquante est l'abandon pur et simple du sans engagement. Mais pas du sans mobile : tous les forfaits Origami sont proposés en « version SIM », mais il n'y a plus qu'une seule durée d'engagement proposée, un an. Avec un mobile subventionné, deux sont proposées : un ou deux ans.

On l'a vu, toute la gamme inclut désormais appels, SMS et MMS en illimité. Comme d'habitude, il y a des limites à l'illimité : un appel ne peut excéder 3 heures et le nombre de correspondants différents par mois est limité à 250.

Tous les forfaits incluent également de l'Internet mobile, à l'exception du premier, qui bénéficie malgré tout de l'accès aux points d'accès Wi-Fi de l'opérateur. Avec tous les autres, Deezer Premium + est inclus. Et dans tous les cas la connexion est bridée au-delà du quota (dans des proportions non communiquées), mais pas bloquée comme c'est le cas chez SFR. À l'inverse il faut réclamer expressément l'activation (gratuite) de la voix sur IP (VoIP), mais BitTorrent et Usenet demeurent interdits.

Carton rouge pour le cloud d'Orange

Enfin, mention spéciale pour les conditions d'utilisation du cloud d'Orange. Le débit est effectivement réduit au-delà de 500 Mo transférés par mois. Autrement dit, il faudrait huit à seize ans pour remplir les 50 ou 100 Go d'espace de stockage inclus aux offres depuis son mobile. Difficile dans ces conditions de compter sur la 4G pour sauvegarder son smartphone, comme le vantait la directrice générale d'Orange France mercredi soir.

0140000005544553-photo-logo-4g-orange.jpg

Origami Zen

Quoi qu'il en soit le lancement de la gamme permet de découvrir le forfait Origami Zen, éludé mercredi soir. La conférence de presse s'est effectivement concentrée sur la 4G, à laquelle ce forfait n'a pas droit. Cette entrée de gamme propose deux paliers :
  • Origami Zen : appels, SMS et MMS illimités pour 20 à 31 euros/mois. Internet en sus à 0,25 euro/Mo.
  • Origami Zen 500 Mo : idem plus 500 Mo d'Internet en 3G+ jusqu'à 14 Mb/s pour 25 à 36 euros/mois
00F0000005891160-photo-origami-zen.jpg

Origami Play et Origami Jet

Les forfaits Origami Play et Origami Jet ont déjà été détaillés dans l'actualité de mercredi soir mais voici un récapitulatif :

00F0000005891162-photo-origami-play.jpg
00F0000005891164-photo-origami-jet.jpg

Rappelons que les versions 4G/H+ des forfaits Origami Play ne seront facturées qu'un euro de plus (et non dix) à ceux qui souscriront jusqu'au 31 décembre 2013. Les forfaits Origami Jet bénéficient quant à eux de la quatrième génération sans surcoût.

Par ailleurs seuls les forfaits 4G ont droit au partage de connexion (mode modem) ou au multi SIM. Ils bénéficient également d'un espace de stockage en ligne doublé, de 100 Go. Enfin le débit peut atteindre 14 Mb/s en 3G+, 42 Mb/s en H+ (DC-HSDPA) mais aussi et surtout 150 Mb/s en 4G (et non 100), puisque Orange a retenu la LTE catégorie 4 (et non 3).
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Orange maintient le contrat avec The Phone House jusqu'en décembre 2014
BD numérique : Izneo contraint par Apple à supprimer 1500 titres de son application
Sonnet Echo 15 : station d'accueil Thunderbolt à graveur DVD et disque dur
Guide voyages : Google cède la marque Frommer’s à son fondateur
Le stockage in-memory pourrait profiter de la baisse des prix
BYOD : HP présente sa solution
Twitter et Facebook rémunèrent plus qu'Apple et Microsoft
Patch Tuesday : Microsoft corrige les failles du Pwn2Own
Désindexation des sites illégaux: et si Google et les majors facilitaient le piratage ?
Les revenus mobiles ont perdu 10%, la facture du client 14%
Haut de page