Orange menacé de scission par l'autorité de la concurrence

01 juin 2018 à 15h36
0
Dans son récent avis du 8 mars (.pdf), l'autorité de la concurrence à émis des propositions quant à l'avenir de France Telecom/Orange. L'autorité souhaite que les activités du groupe soient scindées en 2 avec d'un côté l'architecture physique (le réseau, câbles, installations), de l'autre les services.

00A0000003947972-photo-logo-o-range.jpg
La situation dans la fibre optique inquiète. Afin d'encourager la concurrence, les régulateurs souhaitent qu'Orange soit désormais bicéphale. A l'image du réseau de distribution électrique ou des réseaux ferrés (Réseaux ferrés de France puis des services privés), Orange pourrait être coupé en 2.

L'autorité de la concurrence a donc jeté un véritable pavé dans la mare en demandant que l'activité d'Orange soit clairement délimitée en matière de fibre. Selon elle, Orange ne devrait pas proposer de raccorder des foyers alors qu'elle se charge également de fournir des services comme des abonnements par exemple. Concrètement, il s'agirait de séparer les activités en monopole de celles qui relèvent du champ concurrentiel...

La mesure a déjà été peu appréciée. L'opérateur a réagi en s'interrogeant « sur l'opportunité de faire planer une telle menace à un moment où France Télécom doit investir dans le déploiement du très haut débit d'une part et préparer les réseaux LTE (quatrième génération de téléphonie mobile avec des fréquences 4G) de demain ».

Même s'il ne s'agit que d'une proposition, certains syndicats ont également communiqué. C'est notamment le cas du collectif CFE-CGC/UNSA qui adresse une lettre à Nicolas Sarkozy. Il regrette un « certain dogmatisme » de la part de l'autorité.

« Le haut débit ne se trouve ralenti que par les avis absurdes de l'Autorité de la Concurrence. Le parti pris du rapport de l'Autorité de la Concurrence laisse interrogatif.[..] La fibre optique oblige à un nouveau câblage complet de la France. Mais pour que la fibre optique puisse être installée, encore faut il être certain qu'elle soit rentable et à quels délais. Aujourd'hui les principaux opérateurs ont commencé à investir » explique le syndicat. De son côté, l'Arcep ne conseille cette scission qu'en dernier recours.

Le débat est donc vif même si la proposition de l'autorité de la Concurrence n'a aucun caractère obligatoire. A l'heure ou certains évoquent une régulation sur le motif de la neutralité des réseaux (architecture physique et logique), la séparation formelle de l'entité France Telecom reste donc très critiquée.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

InTheBusiness : NEC montre à l'Europe son XaaS Ready to Go
Gmail : le classement automatique des messages
Toradex xiilun : le plus petit PC au monde ?
Le navigateur RockMelt disponible en bêta publique
Acer Web Surf Station : un moniteur abritant un navigateur Internet autonome
Firefox 4 RC : dernier galop d'essai ?
Le Kinect passe la barre des 10 millions d'unités vendues
Nouveaux licenciements en vue chez AOL
Une mise à jour de routine pour Safari 5
DataCore veut simplifier la virtualisation avec SANsymphony-V
Haut de page