Free Mobile : les syndicats contestent les mesures de l’Arcep

29 février 2012 à 14h11
0
Les syndicats CFE-CGC et Unsa d'Orange, SFR et Bouygues Telecom considèrent que les mesures du réseau de Free Mobile menées par l'Arcep ne sont pas fiables. L'organisation regrette que le régulateur ait mené son étude avec « un simple téléphone mobile ».

00FA000004868200-photo-free-mobile.jpg
Suite à la confirmation par l'Arcep du taux de couverture règlementaire (27 % de la population) par Free Mobile, les syndicats CFE-CGC et Unsa restent perplexes. Ils considèrent que les mesures du régulateur ne sont pas fiables et reprochent clairement à l'autorité de n'utiliser qu'un seul téléphone portable sur chaque antenne afin de vérifier si cette dernière fonctionne effectivement.

Interrogé par la rédaction, le président de l'organisation, Sébastien Crozier regrette que « l'Arcep ne procède à aucun test sur un réseau en charge alors qu'une telle structure couvre moins qu'un réseau chargé ». Il ajoute : « après avoir été reçu par l'Arcep, son président Jean-Ludovic Silicani nous a simplement expliqué qu'elle mesurait chaque antenne avec un seul téléphone mais pourquoi l'autorité ne mesure-t-elle pas la couverture avec un 'hérisson' doté de plusieurs appareils portables ».

Le responsable regrette donc qu'aucun dispositif technique spécifique comme « un équipement muni de plusieurs cartes SIM permettant d'envoyer plusieurs appels simultanés vers le même réseau » ne soit utilisé. Face à ce manque d'étude complète, les organisations représentantes des trois opérateurs d'Orange, SFR et Bouygues Telecom restent donc sur leurs positions et estiment que le réseau de Free Mobile ne prend pas sa part des appels émis par ses clients.

De son côté, l'Arcep a rappelé ce mardi que ses contrôles sur le réseau Free Mobile « ont montré qu'un peu plus de 27 % de la population est couverte. Le nombre de stations allumées par Free Mobile est de 753 (sur un total de 950) c'est-à-dire qu'elles fonctionnent effectivement », expliquait Jean-Ludovic Silicani. Le responsable de l'Arcep ajoute qu'une part « significative du trafic passe par Orange mais moins que ce qui a été avancé ». Le régulateur a ainsi indiqué qu'il ne se prononcera pas sur la quantité de trafic qui transite via le réseau d'Orange.

Ce dernier point doit être étudié par l'Agence nationale des fréquences (Anfr). L'autorité doit en effet remettre ce jour son enquête sur le réseau de l'opérateur Free Mobile au ministre de l'Economie numérique, Eric Besson.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Cyberpunk 2077 : malgré les promesses de CD Projekt, le studio passe en mode crunch
L'énergie nucléaire continue de perdre du terrain face au solaire et à l'éolien
Orange : un forfait 5G avec data illimitée pour 80 euros par mois pourrait être bientôt lancé
RTX 3080 : de nombreux bugs chez les premiers acheteurs de modèles custom (MàJ)
Un ancien cadre dévoile la stratégie de Facebook pour être aussi addictif que le tabac
Environnement : Renault vous invite à couper votre moteur devant les écoles
Fortement attendue, l'application britannique de traçage de la COVID massivement téléchargée
PlayStation 5 : le gameplay de Demon's Souls montré par Sony ne tournait pas en 4K
Enchères 5G : Orange montre ses muscles, Free Mobile en retrait, le bilan de ce jour 1
scroll top