McDonald's : l'IA préposée aux commandes rend les clients complètement zinzins

Mathilde Rochefort
Publié le 17 février 2023 à 14h45
© Jurij Kenda / Unsplash
© Jurij Kenda / Unsplash

Aux États-Unis, de nombreux établissements McDonald's ont intégré une intelligence artificielle (IA) au McDrive. Cette dernière accueille les clients en voiture et prend leurs commandes… et a parfois quelques couacs.

Depuis 2019, McDonald's investit dans l'IA pour, notamment, proposer des menus personnalisés aux clients. Toutefois, certains de ses systèmes sont encore approximatifs.

Des situations cocasses

Ils sont en test dans plusieurs de ses McDrive américains et exploitent l'IA pour, par exemple, proposer des articles du menu en fonction des aliments tendance ou de la météo. Le géant de la restauration rapide n'a cependant pas dévoilé combien de ses enseignes étaient équipées de ces dispositifs.

Une chose est sûre, elles sont assez nombreuses pour devenir à la mode sur TikTok, où de plus en plus d'Américains se plaignent, avec humour, des erreurs commises par les IA lorsqu'ils vont commander au McDrive. Dans l'un des témoignages, le bot a tenté d'ajouter du bacon dans la glace d'un client, dans un autre, une jeune femme tente d'obtenir une simple glace à la vanille, mais sa commande affiche du ketchup et du beurre en supplément, sans qu'elle ne puisse les retirer.

Dans un autre cas, l'IA a ajouté bien trop de nuggets au menu d'une cliente, pour la modique somme de 250 dollars. Dans les commentaires de ces vidéos, de nombreux internautes relatent des faits similaires.

Les bots dans la restauration rapide vont être de plus en plus nombreux

Bien sûr, les restaurants où les bots sont testés ont également des employés humains, qui peuvent prendre le relais en cas d'erreur. Cependant, McDonald's a ouvert un établissement entièrement automatisé au Texas, il dispose d'un couloir de préparation des commandes et les fournit aux clients à l'aide d'un tapis roulant.

Les enseignes de fast food sont de plus en plus nombreuses à adopter des bots aux États-Unis, alors que la main-d'œuvre se fait de plus en plus rare. C'est par exemple le cas de Chipotle, ou encore de Sonic. Avec un peu de chance, ils s'amélioreront au fil du temps…

Mathilde Rochefort
Par Mathilde Rochefort

Avide de nouvelles technologies et particulièrement férue de la marque à la pomme, j’en fais mon métier depuis près d’une décennie. Réseaux sociaux, IA et autres applications… Je partage mon expertise quotidiennement sur le World Wide Web.

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.
Commentaires (10)
negima

Il faut arrêter de parler de l’IA. C’est de la fiction.

Ici, c’est juste un logiciel qui compare les sons aux sons pré-enregistrés.

Biggs

Non mais laisse, en ce moment l’IA c’est le truc à la mode. Tout et n’importe quoi est qualifié d’IA, du moment que c’est une machine et qu’elle interagit vaguement de manière autonome avec un humain.

userresu

L’IA a créé un micmac au lieu d’un Big Mac

Sodium

Je ne savais pas que tu étais dev chez McDonald…

juju251

Joli ! :joy:

Bombing_Basta

Avec un peu de chance, ils s’amélioreront au fil du temps…

Oui, avec un peu de chance, bientôt, on ne verra plus d’humains car tous les postes seront donnés à des « IA »… Et on bouffera des boulons.

twist_oliver

pour ne pas avoir fréquenté les fast foods pendant près de 7 ans, j’ai récemment été chez MacDo et KFC (que je ne connaissais pas pour ce dernier). Je trouve l’ambiance vraiment glauque, on commande à une borne, on attend un temps totalement inconnu, pour se faire servir par une personne à qui on ne dit pas plus que bonjour, merci, au revoir… avant on savait, fonction de la queue, combien de temps on allait attendre, on commandait en discutant avec la personne, même si ce n’était que pour choisir ses plats… le monde se déshumanise, on fait des rencontres que via des apps de rencontre, bientot on ne discutera qu’avec des IA… pour un jour vivre tel Néo dans la matrice, à ne même plus se rendre compte qu’on a un casque de réalité virtuelle sur la tête.

Than

Faux problème.
C’est normal d’automatiser des boulots répétitifs et bien chiant.
Je sais, mes années d’études ont dû subir 6 ans d’esclavagisme de ce type pour en venir à bout… (et ça aussi, c’est pas normal).

C’est un problème de société, et de place de l’humain dans tout ça.
A mon sens, c’est pas de faire un boulot abrutissant qui t’apporte rien à part l’envie de te foutre en l’air ou d’abandonner tes études par épuisement mental et/ou physique et/ou perte de concentration, ou de détester le client détestable du jour qui te considère comme de la m**de, tellement ces postes sont géniaux à avoir.

Cf. mon anecdote du jour, mode 3615 ma vie, vous êtes pas obligés de lire. :wink:

Contexte : Une mère entre avec petite fille et me montre du doigt en lui disant quelque chose comme « Tu vois ma fille, si tu travailles pas bien à l’école tu finiras à nettoyer les tables comme ce garçon. ».
J’ai vu rouge en moins de temps qu’il n’en faut pour que j’ai entendu la totalité de la phrase.

Et je lui ai, poliment, mais avec force colère contenue, répondu ceci :
« Je suis ici pour ne plus jamais y être. Pour payer mes études. Et survivre pendant ces années. Je suis probablement plus diplômé que vous ne le serez jamais. Ce qui vaut aussi pour la quasi totalité de mes collègues dans ce restaurant précis. On ne choisit pas d’y être, on persévère ici et maintenant pour ne pas y rester. ».

Elle s’est tapée un joli fard et a bredouillé tout plein de mots d’excuses que j’ai pas pu entendre distinctement.
Je ne lui ai pas prêté plus d’attention, elle venait juste de me pourrir ma journée.

Manque de pot pour elle, on était dans un restau’ « graines », donc un des meilleurs de France (où la double peine c’est de te faire essayer des procédures avant tout le monde pour voir comment on s’en sort, avant de déployer à tous les autres. Et plus+ de sandwich à faire aussi. Pensé par des gars en « labo » sans les contraintes de la réalité terrain.).
En bref : on était tous des Bac +3 à +8 en puissance. 50 % d’abandon au passage.

Bref, ça m’hérisse d’entendre ça, même plus d’une décennie après. :slight_smile:
Donc ouais, une IA peut bien prendre ces taffs, ça sera pas une grande perte pour tout un tas de raisons que je pourrais écrire dans un livre entier.
En attendant, c’est pas l’IA le problème. C’est le partage des richesses. Rien de neuf sous le soleil.

Bombing_Basta

En attendant, plus on automatise en industrie, plus on remplace des postes de service par des bots et des IA, et moins il y a d’emplois pour les gens, et l’argent dégagé ne va pas aux travailleurs restants, et encore moins à la protection sociale.

Que feront les étudiants quand ils n’auront plus de jobs de ce genre ?

Uber eat ? C’est mieux ?

Et quid des relations humaines, certes comme tu le dis y’a des cons, et cette bonne femme n’avait pas plus le droit de dire ça de toi, que d’un mec qui, pour diverses raisons, n’aurait pas de diplôme, mais il reste de gens agréables non ?

Tu aimes, toi, appeller un service téléphonique et tomber sur un bot ?

Tu trouves ça normal qu’en supermarché, il y ait de moins en moins de caissières, de plus en plus de caisses automatiques, et pourtant des marges et de prix toujours plus gonflés ?

Voilà !
Je plussoie !

Sodium

Et alors ? Tu as envie de bosser chez McDo toi ? Ou d’être caissière ? Le problème est bien la répartition des richesses et non la suppression de jobs qui cassent les gens physiquement et psychologiquement.