Le législateur américain cherche toujours à interdire les logiciels de reconnaissance faciale

Alexandre Boero
Chargé de l'actualité de Clubic
19 janvier 2021 à 20h15
6
© Capitole Washington
© Capitole Washington

À la veille de l'investiture de Joe Biden, la reconnaissance faciale, qui aide à identifier les insurgés du Capitole, crée la polémique outre-Atlantique.

Tout le monde a encore en tête les images d'un Capitole envahi par les partisans de Donald Trump et d'une capitale, Washington, assiégée par les autorités américaines, qui tentaient de maîtriser les choses à leur manière. C'était le 6 janvier dernier. Depuis, les autorités traquent les individus qui ont fait irruption dans l'un des lieux emblématiques des États-Unis d'Amérique. Le tout à l'aide de la reconnaissance faciale.

Des insurgés arrêtés grâce à la reconnaissance faciale…

En marge de ce troublant événement, de très nombreuses photos (de presse ou de citoyens) et vidéos ont été mises en ligne, qu'elles aient été faites à l'extérieur ou à l'intérieur du bâtiment. Ni une, ni deux, le FBI s'est procuré les clichés et les films et a fait appel à des partenaires professionnels, comme le Digital Forensic Research Lab du Conseil de l'Atlantique, un groupe de réflexion américain spécialisé dans les relations internationales.

Celui-ci a en effet aidé le FBI à identifier certaines personnes présente dans la foule révoltée ce jour-là, à l'aide d'un programme de reconnaissance faciale qu'il a pu se procurer, et qui était doté de fonctionnalités permettant de procéder à de la correspondance en ligne, notamment en regroupant des photos ou des listes d'anciens étudiants.

Le fait est qu'aux États-Unis, le législateur essaie de faire interdire les logiciels de reconnaissance faciale, dans les lignées des annonces de certains géants de la Tech, comme Amazon ou Microsoft, qui ont décidé de s'éloigner de cette technologie intrusive. Le Digital Forensic Research Lab indique malgré tout avoir utilisé les services cloud Azure, de Microsoft, pour procéder à la reconnaissance faciale.

… qu'une partie des législateurs tente de faire interdire

Le sénateur démocrate du Massachusetts, Edward John Markey, estime que la reconnaissance faciale ne vaut pas les risques encourus. Certains pointent du doigt, outre-Atlantique, les mesures et contrôles policiers discriminatoires et le suivi des personnes que permettrait la technologie.

"Nous avons vu qu'à la suite des crises passées, des Américains innocents ont été soumis à une surveillance problématique accrue", ajoute le sénateur Markey, qui lance un appel aux autorités de façon à appréhender les individus ayant tenté d'assiéger le Capitole sans avoir recours aux outils invasifs comme la reconnaissance faciale.

L'année dernière, le projet de loi déposé au Congrès visant à faire interdire l'usage de la technologie notamment au sein des agences fédérales comme le FBI, n'avait pas abouti. Plusieurs élus démocrates ont donc l'intention de proposer une nouvelle fois cette législation, avec un Congrès qui pourrait davantage leur être favorable.

Source : Reuteurs

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Haut de page

Sur le même sujet

Rejoignez la communauté Clubic S'inscrire

Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.

S'inscrire

Commentaires (6)

k33ple4rn1ng
Prévenir une dérive en interdisant une nouvelle technologie… ça a souvent fonctionné… ou pas.<br /> Au moins, l’intention est bonne…
carinae
Le problème n’est pas tant la technologie que l’utilisation qui en est faite… malheureusement
Element_n90
Tout ça, comme les tests génétiquesn ne sont sensé n’être que des outils, après, il doit y avoir une enquête pour replacer tout ça dans le contexte. Donc, franchement, je vois pas de quoi ils ont peur ?
Voir tous les messages sur le forum