La ville de Boston interdit la reconnaissance faciale

25 juin 2020 à 08h00
12

Elle rejoint ainsi le cercle des villes américaines ayant rendu illégale cette technologie.

En quelques mots :

  • La reconnaissance faciale bannie de Boston. Le conseil municipal de la ville de Boston a voté mercredi à l’unanimité en faveur de l’interdiction de la reconnaissance faciale. Cette mesure vise l'utilisation de cette technologie par tout employé municipal, qui ne peut pas non plus demander à une partie tierce de s'en servir.

  • Les régulations se multiplient. Boston constitue la deuxième plus grosse ville américaine à avoir interdit l’usage de cette technologie, derrière San Francisco. D’autres villes de taille plus modeste ont fait de même, dont Oakland, en Californie, et Cambridge, dans le Massachusetts. Trois états américains, dont la Californie, l’Oregon et le New Hampshire ont également interdit l’usage de la reconnaissance faciale par les caméras de police. En janvier dernier, l’Union européenne a indiqué qu’elle envisageait d’interdire son usage dans les espaces publics pour une durée de cinq ans, avant de faire marche arrière pour proposer plutôt l’établissement de règles encadrant son utilisation. En France, Cédric O, secrétaire d’État au numérique, s’est à plusieurs reprises prononcé en faveur d’expérimentations autour de cette technologie.

  • Une technologie très controversée. La reconnaissance faciale suscite de longue date de nombreuses critiques, pointant le risque de mise en place d’un système de surveillance généralisé. Le gouvernement chinois, qui a largement investi dans la technologie, s’en sert par exemple pour espionner les dissidents et la population ouïghoure. D’autres mettent en évidence le fait que les algorithmes de reconnaissance faciale sont moins performants sur les minorités ethniques : l’usage de la technologie par la police entraînerait donc des erreurs judiciaires et des discriminations accrues envers ces populations. Ces craintes sont revenues sur le devant de la scène après la mort de George Floyd et les mouvements sociaux qui ont suivi, conduisant des entreprises comme IBM et Amazon à cesser de vendre cette technologie à la police.
Modifié le 25/06/2020 à 09h18
12
9
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Automobile : le gouvernement envisagerait un malus lié au poids des véhicules
Le Royaume-Uni devrait interdire les ventes de voitures thermiques en 2030
Après Bethesda, Microsoft tease, déjà, un autre rachat à venir ?
Voiture électrique : allez-vous sauter le pas et à quel prix ?
L'adoption de Firefox en chute de 85%
Batteries de voitures : et si on allait plutôt chercher les matériaux au fond des océans ?
Xbox Series X | S : le module d'extension d'1 To NVMe coûtera 269,99€ en France
Battery Day : des batteries révolutionnaires et une Tesla à 25 000 dollars sous trois ans
La Model 3 échoue lors d'une démonstration de son système de freinage autonome
Le code source de Windows XP en fuite sur les réseaux
scroll top